Petit bonjour

Le gouvernement est décidé à prendre des mesures au sujet de la mendicité professionnelle. C’est une bonne nouvelle dans le sens où la mise à niveau va enfin concerner ce secteur stratégique dans notre pays. L’animation urbaine ne serait pas ce qu’elle est, aujourd’hui, sans l’apport généreux de nos mendiants. Une bouche édentée, un moignon, une vieille ordonnance crasse, d’anciennes boîtes de médicaments, un flacon vide, un pied lépreux, une main sans doigts, un visage sans nez, etc. Ce sont là des étapes nécessaires dans toute progression urbaine qui donnent un cachet tellement typique et attachant à nos cités. Le savoir-faire en la matière est indéniable. La laideur n’est rien sans le discours qui la sublime. Le verbe rejoint la hideur dans des sommets extatiques de complaintes. Un chant ténébreux qui hisse la compassion, l’apitoiement et la commisération aux confins infinis d’une humanité improbable. Un art de la demande. Une sommation à une solidarité immédiate seule à même d’ouvrir les voies de la conscience apaisée et de la paix éternelle. Une kyrielle de saints et de santons est réquisitionnée. Dieu reconnaîtra les siens assurément, mais nous, nous sommes sûrs de nous retrouver. Qui sait ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *