Petit bonjour

En levant les réserves du Royaume sur les conventions internationales, en relation avec les droits de la femme, SM le Roi Mohammed VI opère une mise à niveau courageuse et salutaire de notre pays. D’un seul coup — en vérité, cela se fera en cascade — le Souverain met notre législation au défi, dans des délais assez rapides, de se conformer au droit international et aux conventions qui le sous-tendent. La volonté d’installer définitivement la primauté de la loi internationale sur les pratiques légales locales, souvent insuffisantes en terme des droits de l’Homme, rejoint une exigence impérieuse contenue dans la Constitution marocaine quand elle «réaffirme son attachement aux droits de l’Homme tels qu’ils sont universellement reconnus.» Dans la pratique, cela veut dire que nous changeons de focale. Nous verrons les choses, désormais, sous une autre optique. Nous sortons de la surenchère domestique, parfois politicienne mais souvent d’inspiration intégriste, quand il s’agit des droits de la femme, ceux de la famille, de la question de l’héritage, celle de l’égalité, etc. La réduction de ce débat à son aspect strictement religieux — absolu et immanent —  a souvent créé, et c’est peu de le dire, un frein à l’évolution de la société marocaine vers plus de progrès, plus de partage et plus d’égalité. Les moyens pour dépasser, aujourd’hui, cette réalité sont réunis.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *