Sang neuf…

Sang neuf…

La nomination par SM le Roi Mohammed VI de nouveaux walis et gouverneurs reflète la volonté du Souverain d’insuffler du sang neuf à l’administration centrale et territoriale du ministère de l’intérieur. Plus loin encore, ces nominations s’inscrivent dans le cadre d’une nouvelle approche basée sur le mérite et la compétence.

Pour rappel, SM le Roi avait donné en juin dernier Ses instructions au ministre de l’intérieur pour prendre les mesures nécessaires en vue d’une meilleure efficacité et une rationalisation exemplaire des ressources humaines parmi le corps des agents d’autorité, et ce à travers la consécration des critères de compétence et de mérite dans la nomination aux postes de responsabilité au sein de l’administration centrale. Autrement, cette nouvelle procédure est aujourd’hui mise en œuvre dans la nomination dans ces postes, fondée sur la mise en valeur des compétences et l’application des principes du mérite et d’égalité des chances. Les enjeux sont, en effet, importants pour le pays sur le plan sécuritaire, mais également et surtout sur le plan du développement, ce qui nécessite une nouvelle génération d’hommes et d’agents d’autorité, ainsi qu’un nouveau «logiciel» pour le fonctionnement de l’administration territoriale en vue de détecter les besoins et agir en fonction. Le changement est ainsi en marche. Un changement qui s’accompagne également de l’application du principe constitutionnel de la reddition des comptes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *