Un dialogue en panne

Un dialogue  en panne

Le dialogue social est paralysé. Ce dialogue serait-il devenu une simple occasion protocolaire à la veille du 1er mai ? Avec le gouvernement actuel, les négociations sont pratiquement au point mort. Car toutes les décisions et les débats sont engagés ailleurs. Ce fut le cas dernièrement avec la création de la Haute commission de concertation comme si la réforme des caisses de retraite ou la réforme de la Caisse de compensation ne pouvait pas se faire dans le cadre du dialogue social et qu’il faut passer inéluctablement par d’autres commissions. La situation est d’autant plus intrigante que des ministères censés faire le suivi sont pratiquement aux abonnés absents. L’exemple le plus flagrant est celui du ministère de l’emploi. Le ministre a attendu jusqu’à l’annonce par la FDT et la CDT d’une manifestation au printemps 2012 pour inviter les syndicats à une réunion. Aucune logique ne peut expliquer cet immobilisme à moins que les partis de la majorité qui avaient promis un SMIG à 3.000 dirhams durant la campagne électorale n’aient peur d’affronter les syndicats.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *