64.000 chômeurs de moins à fin septembre

64.000 chômeurs de moins à fin septembre

Le taux de chômage baisse à 9,6% au troisième trimestre de l’année

Le taux de sous-emploi ne cesse de grimper. Il s’est situé au niveau national à fin septembre autour de 11,5% contre 11,3% la même période de l’année passée. Il est de 10,5% dans les villes et de 12,5% dans les campagnes.

Ils sont 1.142.000 personnes à chômer au Maroc au troisième trimestre de l’année. Comparé à la même période de l’année précédente, cet effectif a baissé de 64.000 personnes, soit 5,3%. Cette baisse de la population active en chômage, dont 59.000 en milieu urbain et 5.000 en milieu rural, a rapporté le taux de chômage au niveau national à 9,6% contre 10,1% observé à fin septembre 2015. C’est ce qu’on peut relever de la note d’information du haut- Commissariat au Plan au sujet de la situation du marché du travail au troisième trimestre de l’année 2016. Au milieu urbain, le taux de chômage est passé de 15,1 à 14,3% à fin septembre 2016 au moment où il a stagné dans le milieu rural (4,3%). «Le chômage demeure en particulier élevé parmi les diplômés et les jeunes âgés de 15 à 24 ans»,  indique le Haut Commissariat au Plan dans sa note d’information. Et de poursuivre que «le taux de chômage s’est établi à 14,7% parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau moyen  au niveau desquels il a enregistré 22,7% parmi les actifs ayant un diplôme de qualification professionnelle, et 22,3% parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau supérieur avec en particulier un taux de 27,3% au niveau des lauréats des facultés».

Le Haut-Commissariat au Plan indique par ailleurs que le chôamge a été, au troisième trimestre de 21,8% parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans et de 40,8% parmi les citadins d’entre eux. Le chômage a touché , en revanche, 9,6% de l’ensemble des personnes âgées de 15 ans et plus.

Huit chômeurs sur dix citadins

Le HCP révèle  dans son enquête que près de 79,1% de chômeurs sont citadins. Le chômage touche en milieu urbain plus de femmes (87,8%) que d’hommes (75,2%). De même, 64,5% sont âgés de 15 à 29 ans.  Aussi, 33,7% d’entre eux détiennent un diplôme de niveau supérieur, soit 25,5% pour les hommes et 52,4% pour les femmes. L’enquête du HCP fait ressortir également que la moitié des chômeurs interrogés sont des primo-demandeurs d’emploi. 66,1% des chômeurs ayant répondu à l’enquête du HCP ont indiqué qu’ils sont sans travail depuis une année ou plus. 29,3% d’entre eux se sont retrouvés au chômage suite au licenciement (24,3%) ou à l’arrêt de l’activité de l’établissement employeur (5%). Le HCP souligne par ailleurs dans sa note d’information que la population active en chômage intègre également les personnes découragées par la recherche active d’emploi. Leur effectif a atteint 63.000 personnes à fin septembre 2016. Ceci correspond à 5,5% du volume global du chômage, contre 6,6% une année auparavant.

Par ailleurs, le taux de sous-emploi ne cesse de grimper. Il s’est situé au niveau national à fin septembre autour de 11,5% contre 11,3% la même période de l’année passée. Il est de 10,5% dans les villes et de 12,5% dans les campagnes. Le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a augmenté au troisième trimestre de l’année. Il est passé de 1.214.000 à 1.234.000 personnes au niveau national, dont  568.000 personnes dans les villes et 666.000 dans les zones rurales.  Selon le HCP,  le taux de sous-emploi des hommes (13,3%) représente au niveau national environ le double de celui des femmes (6,5%). Au milieu urbain, le sous-emploi des hommes (10,5%) est presque égal à celui des femmes (10,8%). Cependant  au milieu rural, il est plus de quatre fois plus important, soit respectivement 16,8% et 4,1%.

Des postes perdus en industrie et services

L’économie marocaine a perdu entre septembre 2015 et septembre 2016 environ 125.000 emplois. Le HCP indique que le secteur de «l’agriculture, forêt et pêche» a enregistré un recul de 1,6% , soit une baisse de 66.000 postes au niveau national. Pour sa part, le secteur de l’«industrie» qui comprend aussi l’artisanat a perdu 44.000 postes d’emploi, soit une baisse de 3,6% du volume d’emploi du secteur. «Les postes d’emploi détruits par ce secteur sont principalement le fait de la perte de 33.000 emplois par la branche du «Textile, bonneterie et habillement», explique le HCP. Les services, principal pourvoyeur d’emploi au cours des quinze dernières années, a perdu 15.000 emplois à fin septembre, ce qui correspond à une baisse de 0,4% du volume d’emploi du secteur. Notons que le secteur des BTP maintient sa création d’emploi. Près de 52.000 emplois ont été créés dans le BTP au troisième trimestre, ce qui correspond à une hausse de 5,3% du volume d’emploi du secteur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *