Education : L’Unesco tire la sonnette d’alarme encore et encore !!!

Education : L’Unesco tire la sonnette d’alarme encore et encore !!!

Au moment où le Maroc enclenche des réformes et bute sur des problématiques structurelles liées aux effectifs des enseignants ou aux infrastructures désuètes et obsolètes, l’Unesco prône l’universalisation de l’éducation. Le Maroc a trouvé, semble-t-il, une autre voie pour relever les défis et donner les moyens humains aux grands projets lancés ces deux dernières décennies : la relève par le privé en attendant que la réforme de l’enseignement public puisse se faire. Le déséquilibre public-privé est réel. Et les différentes actions mises en œuvre pour réformer l’enseignement étatique tardent à venir compte tenu de tous les chantiers qu’elles induisent. Selon les pronostics de l’Unesco, «le Maroc n’atteindra pas ses objectifs en matière d’achèvement des cycles scolaires d’ici 2030». Les pronostics pour le primaire ont été arrêtés à 2065.

Pour le cycle collégial, c’est l’horizon 2080 qui a été avancé. Et le lycée devrait connaître sa réforme complète d’ici le siècle prochain. Le rapport met en exergue aussi de grandes disparités sociales. «Seules 5% des filles pauvres et 17% des garçons démunis bouclent leur premier cycle secondaire». Ce sont les chiffres relatifs au Maroc…

Les experts sont unanimes à dire qu’«il est urgent d’accélérer les progrès dans le domaine de l’éducation. Au rythme actuel, le monde parviendra à un enseignement primaire universel en 2042, à un enseignement secondaire du premier cycle universel en 2059 et secondaire du second cycle universel en 2084, ce qui voudrait dire qu’il aurait un demi-siècle de retard par rapport à la date butoir de 2030 fixée pour la réalisation des Objectifs Mondiaux (ODD)». Le Maroc en est conscient. Les projets structurants étant conditionnés par le capital humain.

La fameuse équation formation/emploi est toujours un casse-tête pour les responsables gouvernementaux et les chefs d’entreprises. Car c’est avec des contenus pédagogiques adéquats que les lauréats seront opérationnels et accompagneront le développement de l’entreprise qui les emploie. La question environnementale est aussi primordiale à intégrer dans les contenus pédagogiques compte tenu des défis mondiaux à relever à ce niveau. Là aussi le Maroc a pris conscience de cet impératif. L’organisation de la COP22 en est un parfait témoignage. Reste à inculquer aux jeunes cette nouvelle vision liée à la préservation de l’environnement. Et ce n’est qu’à travers les contenus pédagogiques qu’elle pourra se faire.

Le chantier est énorme. Il est nouveau. Le nouveau gouvernement devra oser.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *