Emploi: Ce qu’ont apporté les OMD et ODD en 2015

Emploi: Ce qu’ont apporté les OMD et ODD en 2015

La régionalisation aura incessamment un impact positif sur l’emploi entre autres. Cette prévision se profile à l’horizon de par les activités économiques et sociales déployées autour des grands projets régionaux ayant contribué à une large redistribution territoriale des valeurs ajoutées, des emplois et des revenus. Ce constat est confirmé par le rapport national 2015 consacré par le HCP aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et Objectifs de développement durable (ODD).
 
Données chiffrées

Selon ce document, l’agriculture, les services et les BTP, largement dominés par des activités de faible productivité ou informels, sont également les principaux marqueurs de la structure de l’emploi où ils représentent au total 87,5%, avec respectivement 42,7%, 36,8 % et 8,1%.
Les emplois, plutôt précaires en termes de qualification, de stabilité et de rémunération, sont, aux trois quarts, le lot d’une main-d’œuvre non diplômée masculine, saisonnière et occasionnelle, contrainte à une très forte mobilité sectorielle en fonction des conjonctures économiques. Ils ont, cependant, été à l’origine de 46,3 % du revenu national brut disponible des ménages et, avec un taux d’inflation maintenu à un niveau particulièrement bas, d’une forte progression de leur pouvoir d’achat. Aussi, l’INDH a, depuis son lancement en 2005, apporté une valeur ajoutée spécifique à la dynamique de répartition des revenus et de l’emploi dans l’ensemble du territoire national, par son modèle de ciblage social et géographique des programmes de lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

Parallèlement, la création nette d’emplois est passée de 151.000 à 84.000 postes en moyenne annuelle. Le taux de croissance annuel en volume de l’investissement brut a baissé de 4 points entraînant une baisse de 0,4 point de la croissance en volume de la demande intérieure. A son tour, le secteur industriel s’est mué en enjeu central de la stratégie nationale de diversification de l’offre exportable et pourvoyeuse d’emplois durables.  Il ressort également dudit rapport que malgré l’amélioration progressive du niveau de formation de la tranche d’âge de 15 à 59 ans, l’offre d’emploi est demeurée plus accessible à la main-d’œuvre de faible et de moyen niveau d’instruction, qui exclut pour les techniciens supérieurs et les ingénieurs des grandes écoles et pénalisante pour les formations générales et les diplômes de haut niveau.
 

Une offre nationale en emploi

«Quelque nécessaire et urgente qu’elle soit, la réforme de l’enseignement demeurerait insuffisante sans une offre nationale créatrice d’une valeur ajoutée croissante et pourvoyeuse d’emplois de qualité en mesure de valoriser les compétences acquises par une main-d’œuvre mieux formée», martèle le HCP.

De surcroît, le maintien des investissements aux mêmes niveaux de taux réalisés au cours des dix dernières années devrait se trouver, selon la même source, au centre du défi d’accélérer le rythme d’accumulation du capital physique. Cela implique une plus grande allocation des ressources disponibles aux secteurs économiques émergents producteurs de valeur ajoutée exportable et pourvoyeurs d’emplois de qualité afin d’améliorer le sentier de la croissance économique et d’en «endogénéiser» les perspectives de financement.

Ceci étant, les dimensions retenues dans les OMD, comme l’accès à l’eau et à l’école, perdent de la relativité quantitative et de l’acuité de leur présence dans la demande sociale. En revanche, la proximité et la qualité des services sociaux, la pérennité et la dignité de l’emploi et des revenus, la moralisation de la vie publique, la sécurisation de la vieillesse et l’égalité de situation et des chances sont autant d’exigences qui montent en puissance. 

«Le Maroc est ainsi appelé à réussir la promotion projetée d’un système d’enseignement et de formation performant anticipant les besoins d’une économie en voie de restructuration et réalisant par un haut niveau de rendement interne et externe la nécessaire adaptation de l’offre et de la demande de l’emploi en tant que facteur de durabilité de la croissance, de productivité et de renforcement de la cohésion sociale», conclut le rapport.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *