Emploi : Les détails du plan national

Emploi :  Les détails du plan national

Elargissement des prestations de l’Anapec, renforcement des liens avec le secteur privé, lois relatives aux syndicats et à la grève….

Les détails du nouveau plan national de promotion de l’emploi dévoilés. Le ministre de l’emploi et de l’insertion professionnelle, Mohamed Yatim, a donné devant les membres du gouvernement un exposé sur les grandes lignes dudit plan. Dans les détails, l’Exécutif compte dans le cadre de ce plan améliorer les programmes actuels et mettre en place des programmes de promotion de l’auto-emploi. Il s’agit également d’élargir et proposer des prestations à de nouvelles catégories de demandeurs d’emploi. Plus concrètement, les responsables promettent d’œuvrer à la préservation des emplois menacés à travers des programmes spécifiques. Pour ce faire, le gouvernement prévoit de faciliter la mise en œuvre de la stratégie de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (Anapec) dans le cadre du contrat-programme avec l’État. L’agence sera d’ailleurs appelée à développer ses liens de coopération avec les secteurs privé et associatif. Les agences de recrutement privées seront également impliquées à travers le perfectionnement de leurs services.

Dans un autre registre, le gouvernement planifie de renforcer la convergence entre le secteur de l’emploi et celui de l’enseignement. L’une des principales mesures annoncées concerne le renforcement de l’enseignement des langues ainsi que la promotion de l’esprit d’initiative et ce à tous les niveaux scolaires. Plus loin encore, la tutelle parle de la professionnalisation des formations en plus de la création d’unités académiques spécialisées dans différentes thématiques, à savoir les comportements professionnels, l’entreprise ainsi que les techniques de recherche d’emploi.

S’agissant de la création des postes d’emploi, le gouvernement annonce un soutien aux initiatives créatrices d’emplois, notamment via des subventions. Un mécanisme de soutien aux entreprises en difficulté est prévu pour sauvegarder des postes d’emploi. Aussi, l’Exécutif s’engage à activer les dispositions du décret des dépenses publiques, prévoyant la réservation de 20% des fonds publics à des PME.

Le plan comporte d’autres mesures comme la généralisation des programmes régionaux et provinciaux de promotion de l’emploi en cours en plus de la création d’un dispositif de gouvernance régional et provincial de promotion de l’emploi. Le ministère de tutelle prévoit, en outre, le renforcement du rôle de l’observatoire national du marché de l’emploi.

Le but étant de rendre meilleures les conditions de l’emploi. Ce n’est pas tout. Un système intégré pour suivre le marché de l’emploi serait dans le pipe avec comme mission principale de centraliser les offres d’emploi au niveau d’une base de données informatisée. Le secteur institutionnel n’est pas en reste. Le plan national accorde un intérêt particulier au rôle des inspections du travail chargées de contrôler le respect de la législation en vigueur. Concernant la protection des catégories en situation précaire, les responsables disent qu’un travail sera effectué notamment pour le développement de partenariats avec les associations de la société civile. Enfin, le gouvernement entend accélérer l’adoption des lois organiques relatives aux syndicats et le droit à la grève. Les préparatifs pour la réforme globale et durable du système de retraite devraient être également lancés.

Reprise du dialogue social le 9 octobre

La question de l’emploi figurera en tête des priorités lors du prochain round du dialogue social entre le gouvernement, le patronat et les centrales syndicales. Des sources syndicales affirment que les partenaires sociaux ont convenu de se réunir le 9 octobre prochain. Cette date a été fixée lors de la dernière réunion tripartite qui s’est déroulée le 20 septembre.

Bien évidemment, l’ordre du jour n’a pas encore été fixé mais il semble que les syndicats sont décidés à imposer des points contenus dans leurs dossiers revendicatifs. Il s’agit notamment du parachèvement de la mise en œuvre de l’accord d’avril 2011.

Les syndicalistes affirment en effet que sept années plus tard, plusieurs points de cet accord restent toujours en suspens. L’autre dossier épineux concerne le volet législatif. Le gouvernement devra défendre le projet de loi organique relatif au droit à la grève ainsi que la réforme globale des systèmes de retraite.

Les nouvelles catégories ciblées

Les non diplômés, les personnes en situation de handicap, les habitants en milieu rural ainsi que les migrants en situation régulière pourront bientôt profiter à leur tour des programmes publics d’aide à l’emploi. L’élargissement de ces dispositifs publics avait été dévoilé pour le chef de gouvernement Saâd Eddine El Othmani au cours de la première réunion du Comité ministériel de l’emploi fin août dernier. D’ailleurs, cette rencontre avait été l’occasion pour la présentation et l’examen du plan national de promotion de l’emploi et aux mécanismes de préparation et d’exécution ainsi que l’échéancier de sa mise en œuvre. Il faut préciser que le Comité ministériel avait été créé en 2015. Il a pour but de fixer les orientations stratégiques de la politique gouvernementale en matière d’emploi. Il a également pour mission de mettre en place un plan d’action et de suivre son exécution ainsi que le renforcement des mesures opérationnelles de promotion de l’emploi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *