Enquête: 68% des informaticiens ne sont pas satisfaits de leur salaire

Enquête: 68% des informaticiens ne sont pas satisfaits de leur salaire

Salaire variable, primes et bonus représentent le troisième facteur de motivation des informaticiens marocains.

ReKrute.com vient de publier les résultats de son enquête sur le niveau des salaires et de satisfaction des informaticiens Marocains. L’investigation a porté sur un échantillon de 656 Marocains qui ont répondu à travers le email. Déjà, une des premières tendances qui s’est déclinée et que «82% des personnes qui ont répondu sont des hommes, ce qui induit un problème de mixité dans le secteur». 63% des personnes interrogées sont âgées de 25 à 34 ans.

L’enquête a permis de démontrer que «54% des répondants ont un niveau Bac+5 ou plus». Pour ce qui est du parcours universitaire, la majorité des personnes interviewées a effectué ses études à l’école ou à l’université marocaine (71%). 40% d’entre elles sont des juniors ou ont un maximum de 2 ans d’expérience. Les 34% des profils interviewés travaillent dans une TPE.

Les postes les plus courants sont les ingénieurs, les techniciens système, les responsables informatiques, les ingénieurs systèmes, les consultants fonctionnels… Concernant les salaires, les 21% de l’échantillon ont affirmé «percevoir un salaire compris entre 4.000 et 6.000 DH par mois». La même proportion  perçoit moins que 4.000 DH/mois. 17%, par contre ont déclaré percevoir un salaire compris entre 10.000 et 15.000 DH/mois. Sur le plan rémunération, 65% des personnes interviewées ne perçoivent pas de salaire variable. 65% aussi n’ont pas reçu d’augmentation de salaire en 2015. Et pour ceux qui ont reçu une augmentation, «33% des répondants qui ont eu une augmentation en 2015 se sont vus augmenter leur salaire de 5 à 9% ». Les résultats font état que 32% des personnes interviewées qui ont perçu une augmentation en 2015 se sont vues augmenter leur salaire de 0 à 4%. 17% des répondants ont bénéficié d’une augmentation de salaire de 10 à 14%, en 2015.

A travers l’analyse des résultats, il ressort de l’enquête réalisée par ReKrute.com que les secteurs qui distribuent les salaires les plus élevés sont ceux de la santé (pharmacie notamment), du conseil et des études et de la banque et finance. Le premier secteur offre 50% des salaires compris entre 30.000 et 40.000 DH. Le second propose des salaires compris entre 30.000 et 40.000 DH pour 15% des cas. La même tendance a été déclarée dans le troisième secteur. Bien sûr, les salaires des postes les plus courants varient entre 4.000 DH et 15.000 DH. Selon l’enquête, 35% des ingénieurs en étude et développement perçoivent un salaire compris entre 10.000 et 15.000 DH/mois. 47% des techniciens système reçoivent un salaire inférieur à 4.000 DH/mois. 30% des responsables informatiques ont des émoluments compris entre 4.000 et 6.000 DH/mois. 18% des ingénieurs systèmes touchent un salaire compris entre 6.000 et 8.000 DH par mois. 39% des consultants fonctionnels sont rémunérés à hauteur d’un salaire compris entre 10.000 et 15.000 DH/mois.

Bien entendu, le niveau de salaire dépend directement de l’expérience. Et ce sont les DSI (directeurs système informatique) qui perçoivent les salaires les plus élevés (supérieurs à 20.000 DH). 

En termes de formation, ceux qui ont fait une formation au Maroc couplée à une expertise à l’étranger sont les mieux payés généralement. Selon les résultats de l’étude, «14% des informaticiens ayant suivi une formation initiale à l’école ou l’université marocaine couplée à une formation à l’étranger ont un salaire entre 15.000 DH et 20.000 DH par mois. 11% des informaticiens ayant effectué leurs études à l’étranger touchent le même niveau de salaire. 7% d’entre eux qui ont suivi leurs études entièrement au Maroc ont la même chose».

Grand hic pourtant : 68% des informaticiens ne sont pas satisfaits de leur salaire. C’est ce qu’il ressort des résultats de l’enquête.

5 facteurs ont été identifiés en termes de motivation des informaticiens. Déjà l’existence des perspectives d’évolution professionnelle représente le premier facteur. L’équilibre entre vie personnelle et professionnelle arrive en second rand en termes de critères de motivation. Salaire variable, primes et bonus représentent le troisième facteur de motivation des informaticiens marocains. Quatrième critère, les relations avec le management. Ce facteur renvoie à l’écoute et au dialogue en général. Enfin, le salaire fixe est également un critère important qui influe la motivation de cette catégorie de professionnels. Enfin, interrogés sur le bien-être, «les informaticiens marocains attribuent la note 5,81/10 pour ce critère». Le chiffre parle de lui-même.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *