mars 27, 2017

Financement start-up: Le crowdfunding doit être légiféré au Maroc

Financement start-up: Le crowdfunding doit être légiféré au Maroc

Le grand hic au Maroc est le vide juridique concernant ce mode de financement. A l’étranger les plates-formes qui fonctionnent disposent en effet d’une réglementation favorable.

Dans le cadre de son cycle de conférences, l’Université Internationale de Casablanca (UIC) remet sur le tapis le rôle du crowdfunding au Maroc et dans le monde. Le sujet est plus d’actualité compte tenu des enjeux à vouloir développer l’entrepreneuriat. Et pour être dans le concret, Kenza Lahlou qui a co-fondé StartUp YourLife a témoigné de son expérience à la direction de cette organisation qui soutient et relie les porteurs de projets.  De son côté, Emmanuel Exposito, CEO d’Afineety de la plate-forme panafricaine de financement collaboratif, a rappelé qu’«en 2014, le marché du crowdfunding pesait plus de 65 milliards de dollars et avait permis la création de 270.000 emplois dans le monde». Des chiffres d’autant plus éloquents que plus de 1.250 plates-formes dédiées à ce mode de financement ont été dénombrées aujourd’hui à travers le globe.

«Le crowdfunding est même devenu le mode de financement préféré d’un grand nombre de start-up», a rappelé, également, Jamal Boukouray, modérateur de la table ronde et professeur à l’UIC. Son rôle est réel. «Il n’a jamais été plus facile d’entreprendre qu’aujourd’hui, où Internet permet de créer en dépensant beaucoup moins qu’avant. Nous sommes dans une ère où les nouvelles technologies offrent l’opportunité de ne plus évoluer uniquement au sein d’une entreprise ou d’un groupe mais de créer nos propres structures», a affirmé Kenza Lahlou. Ce fut l’occasion pour elle de narrer en direct ces différentes expériences qui ont permis d’accompagner des start-up basées dans plusieurs régions du globe. L’engouement est réel.

«Le crowdfunding, qui consiste en une plate-forme technologique mettant en relation des investisseurs et des porteurs de projets, est né en même temps que les start-up dont les créateurs, ayant besoin de fonds pour se développer mais ne pouvant offrir de réelles garanties aux banques, ont dû faire appel au financement alternatif, notamment les dons», a expliqué Emmanuel Exposito. Au Maroc, la Fédération marocaine du crowdfunding est née. L’expert y a assisté. Pour rappel, le crowdfunding est utilisé aussi dans le financement des films, des projets de développement, des événements culturels.

Son champ d’application est vaste. Du moins à l’étranger. Car le grand hic au Maroc est le vide juridique concernant ce mode de financement. A l’étranger les plates-formes qui fonctionnent disposent en effet d’une réglementation favorable. Les intervenants de la conférence sont tous unanimes à en témoigner. «En Angleterre, Crowdcube a financé en quatre ans 300 projets pour une moyenne de 300.000 livres, générant la création de 9.000 emplois. Nous sommes loin de ces chiffres en Afrique, où le crowdfunding ne pesait en 2015 que 30 millions d’euros mais le marché connaît chaque année une croissance à deux chiffres sur le continent», précise Emmanuel Exposito. Tout est à faire au Maroc. L’Exécutif devra saisir le législateur sans plus tarder. Il en va de l’état de l’entrepreneuriat.

L’equity crowdfunding apporte une solution de financement en capital adaptée aux startups et aux projets innovants qui manquent de financement à cause du caractère risqué de ces projets. C’est également un outil promotionnel puissant permettant aux projets de rayonner aux delà des frontières de leur pays d’implantation. Le crowdfunding comble un vide dans la chaine de financement des entreprises (equity gap) en finançant les startups et les PME dans les premières phases de leur développement (amorçage, R&D, création etc.). Ainsi, les entreprises pourront bénéficier d’un effet de levier et accéder à d’autres sources de financement plus conventionnelles (banques, fonds d’investissement etc.).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *