100 étudiants en conclave à l’Université d’été des jeunes africains au Maroc

100 étudiants en conclave à l’Université d’été des jeunes africains au Maroc

Elle est lancée pour la première fois au niveau national

Lancement officiel de la première Université d’été des jeunes africains au Maroc. Le coup d’envoi a été donné mardi 9 juillet à Oujda. Cet événement constituera pendant 5 jours un espace de vivre-ensemble pour 100 étudiants représentant 26 pays africains frères. L’occasion étant pour ces jeunes d’échanger sur diverses questions afin d’en sortir avec des recommandations et des idées pour le développement de l’Afrique sur le plan économique, culturel et social.

Cet évènement qui se déroule jusqu’au 12 juillet réunira des étudiants subsahariens et des étudiants marocains dans l’objectif de promouvoir l’échange et la découverte entre participants. Intervenant lors de la cérémonie de lancement de l’université d’été des jeunes africains au Maroc, Abdelkrim Benoutiq, ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, a souligné que l’organisation de cet événement n’est pas anodine. Ce choix est animé par le fait que plus de 20.000 étudiants étrangers sont inscrits dans les universités marocaines. 16.000 d’entre eux viennent de toutes les contrées africaines. Un flux qui traduit les relations d’amitié qui lient le Maroc avec ces pays frères.

A cette occasion, M. Benoutiq a rappelé comment le Maroc a traité la question migratoire depuis 2013 sur le plan humain et solidaire. Le Maroc est passé d’un pays de transit à un pays d’accueil. Un constat démontré par des études faites sur le terrain auprès d’un grand nombre de migrants qui arrivent notamment d’Afrique. Le ministre a par ailleurs expliqué que le Maroc a régularisé 50.000 migrants ayant décidé de s’installer sur son territoire indiquant que le Royaume ne s’est pas limité à cela.

Il a permis à plus de 6.000 enfants issus de familles de migrants de poursuivre leur scolarité à l’école publique marocaine. Par ailleurs, il a rappelé que plus de 40 millions de migrants dans le monde étaient contraints de quitter leurs pays pour d’autres cieux en raison de la pauvreté, des changements climatiques et de l’insécurité citant dans ce sens les statistiques des Nations Unies.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *