Abderazeq Mihamou: «Supprimer les concours d’accès aux grandes écoles est une erreur monumentale»

Abderazeq Mihamou: «Supprimer les concours d’accès aux grandes écoles est une erreur monumentale»

ALM : Vous êtes, en parallèle de vos interventions en tant qu’enseignant à l’ENCG de Casablanca, chef d’entreprise et coach professionnel, que pensez-vous du coaching scolaire ?  
 

Abderazeq Mihamou : Le coaching scolaire n’est que du leurre, c’est la preuve que les parents ont démissionné pour laisser l’espace à des pseudo-coachs qui n’ont aucune connaissance en psychopédagogie  et qui osent s’aventurer dans le monde des jeunes, lesquels ont beaucoup plus besoin de soutien scolaire et de renforcement des connaissances qu’autre chose.

Justement, quelles sont les difficultés auxquelles se heurte le ministère de l’enseignement actuellement et quelles solutions ?

C’est difficile de parler de solutions, quant aux difficultés elles résident dans le tâtonnement et dans l’absence d’une stratégie claire et participative due à la politisation de ce ministère et chaque parti politique, une fois à la tête de ce ministère, remet les compteurs à zéro, ce qui n’a fait jusqu’à présent que détériorer ce secteur pivot de tout développement et les discours royaux l’ont souligné à plusieurs reprises. L’échec de ce ministère provient de l’absence d’encadrement et de contrôle des enseignants qui sont dans la plupart démotivés par l’environnement du travail et l’ambiance électrique entre collègues. Ce qui se répercute inéluctablement sur la qualité de l’enseignement ; et comme par hasard le même enseignant de la même matière, mais dans un environnement privé, est beaucoup plus efficace. Donc cherchez avec moi l’anomalie.

Comment jugez-vous la décision du gouvernement de supprimer les concours d’accès aux grandes écoles?

Supprimer les concours d’accès aux grandes écoles est une erreur monumentale et l’enseignement supérieur va hériter des problèmes de l’enseignement secondaire, surtout dans les écoles privées où le mercantilisme prime sur l’égalité des chances. Avec cette décision nous allons renchérir et donner une opportunité en or aux professeurs «sans foi ni loi» du second cycle de monnayer les notes et nous assisterons à des moyennes défiant la logique. Le pire c’est que les enseignants consciencieux du supérieur perdront le temps à combler les déficits.
Alors faire des concours ne fera qu’aggraver la situation et le fossé ne fera que se creuser entre les zones bénéficiant de l’enseignement privé et celles de l’arrière-pays où le pauvre n’a que l’école publique comme solution.

Alors quelle est la solution à votre avis ?

Évoluer vers un enseignement ludique, attractif en diversifiant les méthodes loin de celles archaïques et qui ne font que plonger la génération Y dans l’ennui total.
Le blended-learning avec une adaptation à la société marocaine pourra aider les jeunes à s’intéresser aux études pourvu que le contenu soit innovant et mis à jour en permanence selon les exigences du marché.
 

En qualité d’intervenant dans l’enseignement supérieur et de coach professionnel, comment voyez-vous le profil adéquat pour le marché marocain ?

À mon avis, il n’est plus question de parler de marché marocain, le diplômé d’aujourd’hui doit être «sculpté» pour le marché mondial, d’où comme ça été cité lors du dernier discours royal, l’ouverture sur les autres langues et civilisation sont devenus des outils indispensables qui ouvrent énormément d’opportunités dans ce petit village qui est le monde.
Le Maroc d’aujourd’hui, comme vous le savez, commence à se positionner sur des marchés internationaux en tant qu’investisseur, alors les profils formés doivent suivre sinon ils laisseront la place à d’autres pays moins développés que le nôtre mais qui ont des profils valablement formés.

Votre groupe d’entreprises nous a habitués aux innovations dans le domaine des TIC, quels sont vos projets pour l’avenir en relation avec l’éducation et la formation ?

Nous sommes en parallèle de la conception de serious games pour l’apprentissage en jouant surtout pour les adultes. Nous lancerons aussi une plate-forme en ligne pour les cours de soutien en temps réel avec l’aide d’enseignants consciencieux qui n’ont pas que les soucis pécuniaires en priorité, mais plutôt la construction d’une génération avec une tête pleine pour le Maroc d’aujourd’hui et de demain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *