Amine Bensaïd: «Nos formations sont pertinentes et utiles tant au Maroc qu’à l’étranger»

Amine Bensaïd: «Nos formations sont pertinentes et utiles tant au Maroc qu’à l’étranger»

Entretien avec Amine Bensaïd, président de l’Université Mundiapolis

Nous sommes fiers d’être la seule université privée du Maghreb à faire partie du projet de la Banque mondiale pour la bonne gouvernance des universités dans la région Mena.

ALM : L’année universitaire se termine. Quel bilan en faites-vous ?

Amine Bensaïd : L’Université Mundiapolis clôture une année universitaire riche sur plusieurs plans, et nous en sommes très heureux pour nos étudiants, notre corps professoral et les entreprises et institutions avec lesquelles nous œuvrons pour l’avenir de nos jeunes et le rayonnement du Maroc.

Nous avons compté cette année 4.800 lauréats dans notre université qui compte 38 filières accréditées et réparties dans 5 pôles : sciences de la santé, ingénierie, business school, sciences politiques, sociales et juridiques, et formation exécutive.

Pour notre bilan de l’année, je retiendrais d’abord le chiffre le plus important : 91% de nos lauréats trouvent un emploi dans les 9 mois qui suivent leurs études et 50% dans les 3 mois. Nous en sommes très fiers car l’employabilité et la réussite professionnelle de nos étudiants sont une de nos priorités.

C’est la raison pour laquelle cette année encore nous avons lancé notre formule de formation par alternance avec l’entreprise et signé des partenariats stratégiques avec une quarantaine d’entreprises dont Bombardier et le GIMAS (Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales) afin de renforcer notre pôle d’excellence dans l’ingénierie aéronautique sur la base d’un alignement très fort avec les employeurs. Nous avons également signé des partenariats avec plusieurs institutions d’enseignement supérieur en Europe et aux Etats-Unis visant à accélérer la mobilité internationale de nos étudiants et enseignants.

Comment Mundiapolis se démarque-t-elle des autres universités ?

Je dirais tout d’abord par notre modèle pédagogique unique au Maroc : nous avons fondé nos parcours de formation sur une «approche par compétences» qui se double d’un cursus appelé «Liberal Arts» inspiré du système américain.

Cette approche mariant le système français et le système américain est adaptée particulièrement au profil du bachelier marocain. Elle est conçue pour transmettre à l’étudiant de solides compétences techniques doublées d’un sens de la créativité, d’un esprit d’initiative et d’une liberté de penser.

S’ajoute à cela notre programme d’accompagnement MundiaTawjih qui vise à doter notre étudiant de la méthode et les outils pour gérer son employabilité comme un plan de marketing personnel ; aidé également de notre Centre d’accompagnement à la réussite des étudiants «CARE».

Ces choix nous permettent d’être au plus près des attentes des entreprises et du marché de l’emploi en les associant à nos formations et en permettant à nos jeunes de trouver des stages servant leur employabilité, et de bénéficier de formations en alternance au Maroc ou à l’étranger.

Ensuite, notre offre de formation est très complète : de la licence (Bac + 3) au grade Master (Bac +5) dans l’ensemble de nos 38 filières avec des pôles d’excellence dans l’ingénierie aéronautique et industrielle, et dans les sciences de la santé mais également au sein de notre business school.

Enfin, notre appartenance à la première alliance d’Institutions privées de la région pour une intelligence collaborative nous ouvrant particulièrement sur l’international avec de nombreux partenariats inter-universités en Europe et aux Etats-Unis. Par ailleurs, nous sommes fiers d’être la seule université privée du Maghreb à faire partie du projet de la Banque mondiale pour la bonne gouvernance des universités dans la région Mena, afin de promouvoir les best practices sur ce sujet crucial pour nos universités au Maroc.

Où en est le processus de reconnaissance de votre université par l’Etat ?

Il suit son cours selon la procédure prévue par le ministère. Nous avons transmis l’ensemble des documents aux autorités et nous attendons, avec confiance, l’aboutissement du processus.

Vos diplômes sont-ils sollicités sur le marché du travail ? Quels sont les secteurs qui recrutent le plus ?

Comme je vous le disais, nous avons 91% de nos diplômés qui trouvent un emploi correspondant à leur formation dans les 9 mois qui suivent leur diplômation. C’est un chiffre qui parle de lui-même pour prouver combien nos formations sont pertinentes et utiles aux entreprises et aux institutions tant au Maroc qu’à l’étranger.

Bien entendu, les secteurs qui recrutent le plus aujourd’hui sont les secteurs en pointe comme l’aéronautique, le génie industriel et électronique (systèmes embarqués), la santé (kinésithérapie, orthophonie, psychologie), mais également le management (et également logistique, finance, marketing et droit des affaires), qui a besoin de compétences et de ressources humaines ouvertes sur l’international.

Pour notre filière en sciences politiques et particulièrement notre double cursus unique au Maroc (grâce à l’alternance géographique) avec Sciences Po Bordeaux, nous observons que nos étudiants sont sollicités par les plus grandes entreprises et institutions, parmi lesquelles Alstom, l’ambassade de France, l’Unesco, le PNUD, l’ambassade de Belgique, la Chambre française de commerce et d’industrie, le ministère des affaires étrangères du Royaume du Maroc, Attijariwafa bank, BMCE Bank of Africa, BMCI, L’Oréal, Tanger Med…

Vous avez signé au mois de mai deux conventions de partenariat avec Bombardier et le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS). Concrètement, quel est l’apport de ce partenariat pour l’université ?

Effectivement, nous avons signé, le mois dernier, un accord de partenariat stratégique avec le GIMAS et Bombardier dans le cadre de notre pôle d’excellence en aéronautique. C’est une première au Maroc et nous sommes très heureux de cette collaboration qui augure de belles perspectives pour nos étudiants (stages, projet de fin d’études, accès à l’expertise professionnelle…) et les salariés de ces deux entités (formations certifiantes). Avec Bombardier, nous développons un laboratoire dédié aux attentes de formation aux métiers en gestion aérospatiale (CAMD), en faveur des salariés de Bombardier, ainsi que de nos étudiants et de tout professionnel du secteur. Pour le GIMAS, l’Université Mundiapolis assurera des formations continues pour les entreprises du groupement dans le domaine de l’ingénierie de conception, de production, de qualité et d’industrialisation. Ces formations seront assurées par nos enseignants de l’école d’ingénieurs qui bénéficient tous d’une expertise métier très pointue.

Quelles sont les nouveautés pour la prochaine rentrée universitaire ? Pouvez-vous nous faire part de votre programme d’action ?

Nous poursuivons notre internationalisation avec de nouveaux accords de partenariat que nous signerons prochainement avec des universités en Europe du Sud, en Afrique et aux Etats-Unis. Nous viserons notamment les filières Santé, Ingénierie et Management (avec ses différentes spécialités). En outre, nous boosterons notre programme de stages à l’international.

De nouvelles filières seront créées notamment en alternance dans le secteur de l’aéronautique, de la logistique, du droit et dans la formation (comptabilité, contrôle et audit) menant à l’expertise comptable. La vie de nos étudiants est également une priorité et nous avons fait le choix d’ouvrir un city campus dans le centre de Casablanca.

Nous préparons de belles perspectives et de grands projets pour nos étudiants encore cette année… Nous sommes très heureux de lancer de nouvelles initiatives importantes pour le développement au Maroc d’un enseignement supérieur internationalisé et très performant en termes d’employabilité des lauréats.

Par Laila Zerrour et Salima Guisser

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *