Cités des métiers et des compétences de l’OFPPT : Les consultations avec les acteurs locaux se poursuivent

Cités des métiers et des compétences de l’OFPPT : Les consultations avec les acteurs locaux  se poursuivent

Après Laâyoune, Agadir dévoile la carte de formation de sa cité des métiers et des compétences.

Ce pôle d’excellence promu dans le cadre de la nouvelle feuille de route de la formation professionnelle devrait offrir à terme 3.000 places pédagogiques réparties sur plus de 58 filières. 9 pôles de formation sont identifiés Citons à cet effet l’industrie et l’industrie navale, le BTP, l’agro-industrie et agriculture, le digital et l’offshoring, la santé, le tourisme-hôtellerie-restauration, la gestion et le commerce ainsi que l’artisanat et la pêche. Ces détails ont été dévoilés lors d’une récente rencontre entre les représentants de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) et les acteurs locaux des différentes régions où ces cités seront implantées. Le but étant d’informer les autorités locales, en premier le Conseil de la région, du besoin en foncier nécessaire à la création de ladite cité des métiers et des compétences.

L’occasion était également de valider la carte de formation avec les acteurs locaux et définir les modalités de participation de chaque région à la société de gestion de ces cités. La cité des métiers et des compétences d’Agadir fait en effet partie des 12 cités qui seront ouvertes sur le territoire national faisant ainsi de la formation professionnelle un levier du développement socio-économique du pays. La cité des métiers et des compétences d’Agadir viendra ainsi renforcer la polyvalence des stagiaires à travers le déploiement des méthodes pédagogiques modernes et une forte inclusion du digital.

La question de la formation professionnelle et du renforcement des compétences s’inscrit au cœur de la Haute sollicitude royale. Le Souverain n’a cessé de souligner dans ses derniers discours l’urgence de mettre sur le marché une offre professionnelle en parfaite adéquation avec les besoins du marché. D’où l’idée de créer ces structures multidimensionnelles d’un effectif global de 34.000 personnes. Un chantier pour lequel sera mobilisée une enveloppe de 3,6 milliards de dirhams.

Les études de consistance physique et ingénierie pédagogique ont été lancées depuis avril dernier. Elles devront prendre fin à partir de décembre 2019. La construction des cités démarrera pour sa part en janvier 2020 pour une ouverture progressive entre la rentrée 2021 et la rentrée septembre 2023. Les cités des métiers et des compétences favoriseront des méthodes pédagogiques innovantes axées sur l’approche par compétences, l’implication des professionnels et l’apprentissage des langues.

Une entité de gouvernance, filiale de l’OFPPT, sera créée pour gérer ces structures dont le conseil d’administration sera constitué de représentants étatiques (wali de la région, directeur de CRI, un responsable régional de l’autorité gouvernementale en charge des secteurs concernés, un responsable régional OFPPT et un responsable de l’Anapec), du président du Conseil de la région ainsi que des représentants de la fédération ou l’association professionnelle concernée par les secteurs de formation, de la CGEM région et de la Chambre professionnelle. Quant aux ressources de financements, l’investissement et le fonctionnement relèveront du budget général de l’État, de l’OFPPT et de la région. La mise en œuvre sera consacrée à l’OFPPT. Pour assurer un bon pilotage sectoriel et régional, des commissions sectorielles ont été constituées avec les professionnels et le secteur privé. Elles ont pour mission de choisir les filières et valider les cartes de formation des cités ainsi que de revoir l’offre globale de formation professionnelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *