De la supervision de coach à l’IDC!

De la supervision de coach à l’IDC!

C’est fait. L’Institut de Coaching Maroc lance, les 12 et 13 janvier 2016, la formation à la supervision de coach.

En partenariat avec Olivier Devillard, co-fondateur de la société française de coaching, psychothérapeute, coach de dirigeants et d’équipes de direction générale, superviseur de coach, Catherine Sékou et Nadia Jalal, les fondatrices, verrouillent le métier de coach.  
«Grâce à un enseignement s’articulant sur 6 modules de deux jours, le superviseur aura les éléments essentiels pour développer son savoir-faire et son savoir-être en la matière», s’engagent les deux master coachs.

Les enjeux sont clairs quand on sait que le vide juridique autour de la profession laisse libre accès à des installations non réglementées. Bref, cette étape signe un nouveau tournant pour l’Institut de coaching qui offre déjà des formations basées sur des outils certifiés et expérimentés. Depuis sa création, l’espace de formation s’est positionné, entre autres, sur l’Elément Humain et la Process Communication. Créé par le Dr Will Schutz, l’Elément Humain est une approche systémique pour améliorer les conditions de travail et offrir une plus grande réussite sur le plan individuel, d’équipe et d’organisation en termes d’atteinte des objectifs et de performance.

«A titre individuel, l’Elément Humain modifie profondément le regard que nous portons sur nous-mêmes, développe une acuité et intensifie les intelligences sociales et émotionnelles. Ainsi, au niveau des équipes et des organisations, l’Elément Humain traite les causes profondes du problème au lieu de se limiter aux comportements de surface qui sabotent et sapent les relations, détruisant progressivement la motivation», explique Catherine Sékou, formatrice certifiée et distributrice Maroc de la méthode Human Element. La Process Communication, par ailleurs, date des années 70. Créée par le psychologue américain Taibi Kahler, elle traite des interactions entre individus. «La Process Communication s’est imposée par la suite en Europe et en Afrique du Nord comme un modèle efficace d’accompagnement des individus, des équipes et des structures. La méthode permet en effet la construction et le renforcement des plates-formes collaborative et relationnelle en mettant l’accent sur la relation à soi comme clé incontournable pour la performance individuelle et collective», détaille, de son côté, Nadia Jalal, formatrice accréditée Process Communication. Côté sélection des candidats, ce sont les enseignants à l’issue d’un entretien d’évaluation des aptitudes qui valident leur accès au cursus. Le parcours, les motivations du candidat sont également analysés pour déceler sa prédisposition à devenir coach. 

La certification accréditée s’effectuant par étapes. Il faudra tout de même deux ans de formation pour exercer en tant que coach professionnel. Les conditions sont strictes. Le marché sera régulé par l’offre et la demande. Les plus professionnels devront se positionner pour marquer la différence. Et les managers devront y être attentifs quand ils solliciteront un coach.

Les fondements

Human Element

Dr Will Schutz (1925/2002), fondateur et créateur de la théorie FIRO et de l’Elément Humain. C’est aussi l’un des pionniers du mouvement du Potentiel Humain. Enseignant aux universités de Harvard, Berkeley, Chicago, mais aussi au sein de l’institut Albert Einstein et l’université d’Antioch, il est l’auteur de 9 ouvrages traitant de la compréhension globale du comportement humain. Son instrument FIRO-B (Element B) est reconnu par les experts comme étant l’un des plus performants dans la connaissance des relations humaines.

Process Communication

Dans les années 1970, le psychologue américain Taibi Kahler étudie les interactions entre individus. Il s’efforce de comprendre pourquoi certaines génèrent des issues positives (motivation renforcée, stimulation à l’action et à l’atteinte de résultats, …) et d’autres aboutissent à des issues négatives (démotivation, immobilisme, agressivité, dépression, etc.). Ses recherches s’appuient sur les concepts de l’analyse transactionnelle. Baptisé Process Communication, son modèle est récompensé en 1977 (prix Eric Berne). La référence de Taïbi Kahler est bien son ouvrage intitulé «Le grand livre de la Process Thérapie».

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *