Dr Nisserine Slitine: Nous offrons de nouvelles opportunités à la jeunesse marocaine

Dr Nisserine Slitine: Nous offrons de nouvelles opportunités à la jeunesse marocaine

Entretien avec Dr Nisserine Slitine, présidente fondatrice  de l’IHEPS

Après 10 ans d’existence à Marrakech, IHEPS (Institut des hautes études paramédicales du Sud) s’installe à Casablanca. Objectif : faire de cet établissement la référence dans les études paramédicales. Dr Nisserine Slitine, la fondatrice de l’institut, nous livre sa vision et sa stratégie.

ALM : Basée depuis 10 ans à Marrakech, qu’est-ce qui vous a poussée à ouvrir une antenne à Casablanca ?

Dr Slitine : Notre vision est de faire de l’établissement la plus grande école de paramédical au Maroc. Elle l’est déjà par son effectif, par la qualité de ses formations et par ses références. Nous avons des étudiants qui proviennent de toutes les villes marocaines et au-delà des frontières (Europe, Afrique, Moyen- Orient). Nous serons la première école dans le paramédical à s’étendre sur tout le Maroc. Après l’ouverture à Casablanca, nous nous implanterons, prochainement, à Tanger, Fès et Agadir. Notre souhait est de pallier le manque crucial de professionnels qualifiés dans les filières de kinésithérapie, d’orthophonie et de diététique. Le choix de Casablanca s’est fait naturellement en raison des infrastructures hospitalières publiques et privées existantes.

Quels sont les critères requis pour ouvrir un établissement spécialisé dans le paramédical ?

L’autorisation préalable du ministère de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique est requise tout d’abord. Il faut remplir ensuite  un cahier des charges composé de 3 dossiers administratif, technique et pédagogique qui répondent aux nouvelles normes exigées par l’Etat.

Sur quelle base avez-vous retenu les formations proposées ?

Comme je l’ai dit ci-dessus, il y a un manque crucial de professionnels qualifiés dans les filières pour lesquelles nous formons, à savoir la kinésithérapie, l’orthophonie et la diététique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Il existe 3.000 kinésithérapeutes alors que le besoin est de 35.000. 200 orthophonistes évoluent sur le marché alors que le besoin est de 22.000 ! Le Maroc compte 100 diététiciens alors que le besoin est estimé à 18.000.
Notre objectif est donc de répondre aux attentes des citoyens marocains en matière de réhabilitation et de prise en charge continue des patients. Nous ouvrons d’autres perspectives à nos étudiants avec de nouvelles formations qui leur permettront d’être formés à de nouveaux métiers encore très peu connus, à savoir l’ergothérapie, la neuropsychologie, l’orthoptie… C’est pour nous une façon de valoriser ces métiers et d’ouvrir de nouvelles perspectives à la jeunesse marocaine.

L’existence de certaines filières qui sont de plus en plus prisées comme celle qui donne lieu à devenir orthoptiste ne sont pas intégrées dans vos programmes… Est-ce dans vos prévisions?

Il y a un manque crucial en effet d’orthoptistes au Maroc. C’est aussi le cas pour d’autres professions telles que la psychomotricité, l’ergothérapie ou la neuropsychologie. C’est ce qui nous a amenés à prévoir l’ouverture de nouvelles filières. Nous sommes en cours de finalisation de ces projets qui seront mis en place très prochainement. Nous avons la volonté de former des professionnels paramédicaux multi compétents en conjuguant leurs professions avec d’autres compétences telles que le management, la qualité, la pédagogie et  les nouvelles technologies informatiques. Le but est de leur offrir d’autres possibilités d’insertion professionnelle dans les établissements de santé et leur permettre d’accéder à d’autres métiers tels que le management de la santé, le management du sport et les nouvelles technologies informatiques (prothèses et ortho thèses connectées)
Vos masters sont-ils des formations en double diplomation ?
Oui, en effet, nos diplômes Bac+5 sont jumelés avec des diplômes universitaires européens avec les facultés de médecine de Bordeaux et VIC Barcelone.

Combien de lauréats avez-vous formés depuis 2006 et quel est le taux d’insertion professionnelle ?
L’IHEPS  Marrakech a formé  265 lauréats diplômés avec un taux d’insertion professionnelle de 90%. 100 étudiants étrangers ont été formés depuis le démarrage.

Votre slogan en guise d’ouverture de l’antenne de Casablanca est « demain, vous nous direz merci!». Un mot sur votre choix…

Nos étudiants sont reconnaissants de la compétence acquise à l’issue de nos formations. En effet grâce à nos programmes axés sur la multi compétence, d’autres voies s’ouvrent pour eux dans le domaine professionnel. Une technicité et d’autres savoir-faire qui répondent aux normes européennes viennent renforcer les programmes classiques dans nos filières. Il ne suffit pas seulement de mettre des professionnels sur le marché. Nous ne faisons pas que lutter contre le chômage, nous répondons efficacement aux besoins du corps médical et des citoyens marocains.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *