Enseignement supérieur : Nouvelle vision, nouvelles perspectives

Enseignement supérieur : Nouvelle vision, nouvelles perspectives

Le secteur vit au rythme de changements destinés à revoir les modes de fonctionnement

De plus en plus de familles font le choix d’inscrire leurs enfants dans des établissements privés en raison du choix offert en termes de formation ainsi que les perspectives d’emploi. Avec tous les changements prévus dans le cadre de la nouvelle vision de réforme, le secteur est appelé à jouer un rôle plus importants dans les années qui viennent.

Pour accompagner la dynamique du pays à tous les niveaux, le Maroc a choisi de lancer une nouvelle vision concernant la réforme de son système éducatif. Il s’agit d’une vision très large qui couvre l’ensemble des composantes du système mais dans laquelle l’enseignement supérieur figure en bonne place. Dès la rentrée prochaine de nouvelles mesures sont prévues pour donner corps à cette réforme. L’une des nouveautés les plus attendues reste sans nul doute, la mise en œuvre du système Bachelor appelé à remplacer le système actuel de licence. Il sera également question d’une modification concernant les choix des filières au niveau des universités et facultés à travers le Royaume.

Le but est de permettre aux parents et aux nouveaux bacheliers de prendre les bonnes décisions et surtout de les accompagner dans leurs choix finaux. Il faut dire que le système d’enseignement supérieur au Maroc offre une multitude de choix. En effet, le système d’enseignement supérieur marocain est composé de trois grands secteurs: l’enseignement supérieur public, l’enseignement supérieur dans le cadre du partenariat, l’enseignement supérieur privé. Dans les détails, l’enseignement supérieur public regroupe les universités qui sont des établissements publics sous la tutelle du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres. Le Royaume compte actuellement douze universités publiques et une université publique à gestion privée réparties sur les différentes régions du pays.

Il y a également des établissements d’enseignement supérieur ne relevant pas des universités (EENSNPU). Il s’agit d’établissements d’enseignement supérieur spécialisés sous la tutelle administrative et financière de ministères techniques et sous l’autorité pédagogique du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres. Ce n’est pas tout puisque le pays compte en outre des universités et les établissements créés dans le cadre de partenariat sont des fondations à but non lucratif créées dans le cadre de la dynamique d’internationalisation de l’enseignement supérieur marocain.

Ces universités et établissements sont sous l’autorité pédagogique du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres. En plus du secteur de l’enseignement public, l’enseignement supérieur privé joue également un rôle de plus en plus important dans la formation des cadres et techniciens pour répondre à la demande du marché du travail devenue au fil des années, de plus en plus exigeant.

Le secteur privé compte ainsi des universités et établissements créés par des initiatives privées mais sous l’autorité pédagogique du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres. De plus en plus de familles font le choix d’inscrire leurs enfants dans des établissements privés en raison du choix offert en termes de formation ainsi que les perspectives d’emploi. Avec tous les changements prévus dans le cadre de la nouvelle vision de réforme, le secteur est appelé à jouer un rôle plus importants dans les années qui viennent. Son rendement sera à coup sûr déterminant pour l’avenir du pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *