Enseignement supérieur privé: Actis lance Honoris United Universities

Enseignement supérieur privé: Actis lance Honoris United Universities

Il s’agit du premier réseau panafricain d’enseignement supérieur privé rassemblant des institutions supérieures d’Afrique du Nord et d’Afrique du Sud.

Et c’est à travers le fonds britannique Actis que cette initiative s’effectuera. Honoris United Universities prônera «l’intelligence collaborative» à travers le continent. Ce réseau est composé de 7 institutions membres regroupant 27.000 étudiants, répartis sur 48 campus résidentiels ou urbains, centres d’apprentissage ou en ligne, dans 9 pays et 30 villes en Afrique. Honoris United Universities délivre plus de 100 diplômes dans les domaines des sciences de la santé, de l’ingénierie, de l’IT, du business, du droit, de l’architecture, des arts et du design, des médias, de l’éducation et des sciences politiques. Luis Lopez, le CEO d’Honoris United Universities, aura donc la tâche de «fédérer les savoirs et les pratiques des institutions pionnières dans leurs pays pour former un nouveau profil de lauréats panafricains capables d’accompagner la transformation du continent». L’engagement est officiel. Le fonds d’investissement vient de conclure de nouveaux partenariats stratégiques, notamment, avec l’EMSI (Ecole marocaine des sciences de l’ingénieur). En Afrique du Sud, Actis annonce l’expansion du réseau Honoris United Universities, à travers le Management College of Southern Africa, plus connu sous le nom de «Mancosa» et la Regent Business School. Les deux opérateurs de formation sont connus pour être leaders de l’enseignement à distance en Afrique du Sud.

La direction du fonds d’investissement indique, tout de même, que tous les partenariats en vue d’une participation dans le capital sont sujets, pour l’heure, aux approbations réglementaires. Il faut dire qu’Actis opère, néanmoins, en Afrique depuis déjà plus de 70 ans… «Nous employons plus de 100.000 personnes, à travers les entreprises dans lesquelles nous investissons. Nous avons, non seulement, une parfaite compréhension des aspirations des étudiants à bénéficier d’un enseignement supérieur de qualité mais nous sommes également très conscients des besoins des entreprises, en termes de ressources humaines qualifiées et formées aux standards internationaux.

Les employeurs en Afrique ont des ambitions à travers le continent et au-delà – ils ont besoin d’opérationnels capables d’appréhender la diversité du continent et ses spécificités locales dans un contexte globalisé», explique Rick Philips, associé, Actis. Pour revenir à la chronologie, le fonds d’investissement britannique Actis a initié, il y a quelques années, une plate-forme d’enseignement supérieur dans les principaux marchés d’Afrique francophone. Le premier investissement a été realisé, au cours du mois de décembre 2014, dans le groupe Université Centrale, leader de l’enseignement post secondaire privé en Tunisie. En 2016, la plate-forme a étendu ses activités au Maroc, à travers son investissement dans l’Université Mundiapolis.
Bref, au Maroc l’entrée en lice d’un tel fonds par le biais d’un réseau panafricain positionné dans l’éducation signe encore une fois cette notion de coopération Sud-Sud qui ne saurait avancer sans fond ni compétences. L’équation est plus que d’actualité.

Actis, un fonds de 13 milliards de dollars

Doté de 13 milliards de dollars investis en Asie, en Afrique et en Amérique latine, Actis est leader sur les marchés émergents. Sa démarche est orientée sur l’étude des opportunités d’investissements dans les différents marchés en croissance. Le fonds a investi plus de 5 milliards de dollars principalement dans 4 secteurs : les biens de grande consommation, les services financiers, les soins de santé et l’industrie. 150 transactions ont été réalisées à travers le fonds depuis sa création. Plus de 40% des investissements d’Actis concernent le continent africain qui a bénéficié de plus de 3 milliards de dollars. Le fonds d’investissements est également signataire des «Principes pour l’investissement responsable» (PRI), pacte soutenu par les Nations-Unies et rédigé dans le cadre de l’Initiative financière du Programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP FI). Actis a déjà engagé plus de 500 millions de dollars US ces dernières années dans le domaine de l’éducation en Chine, au Brésil et en Afrique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *