Entrepreneuriat : Désormais possible chez les étudiants !

Entrepreneuriat : Désormais possible chez les étudiants !

Le projet Saleem (Structuration et accompagnement de l’entrepreneuriat étudiant au Maghreb) vient d’être lancé le 11 décembre. Soutenu par l’Union européenne, le programme porte sur une durée de 3 ans. Doté de 750.000 euros, il rentre dans le cadre du programme Erasmus+ «Renforcement des capacités dans le domaine de l’enseignement supérieur». Il regroupe 14 partenaires opérationnels au Maroc, en Tunisie et en Europe. Explications.

La démarche a été rendue possible grâce au projet Saleem (Structuration et accompagnement de l’entrepreneuriat étudiant au Maghreb). Coordonné par l’Agence universitaire de la francophonie, le projet visera à favoriser l’entrepreneuriat étudiant au Maroc et en Tunisie. Concrètement, l’exercice sera rendu possible grâce à la mise en place d’un dispositif national officiel pour les étudiants-entrepreneurs, selon le concept Pépite déployé en France. Le projet Saleem a été officiellement lancé le 11 décembre. Soutenu par l’Union européenne, le programme porte sur une durée de 3 ans. Il regroupe 14 partenaires opérationnels au Maroc, en Tunisie et en Europe. «L’Union européenne assure le financement du projet à hauteur de 750.000 euros dans le cadre du programme Erasmus+ «Renforcement des capacités dans le domaine de l’enseignement supérieur»», expliquent les responsables de l’AUF.

A travers ce programme, les étudiants-entrepreneurs pourront intégrer leur projet de création d’entreprise dans leur parcours universitaire. Le dispositif sera national qu’il s’agisse du Maroc ou de la Tunisie. Il s’articulera essentiellement autour de deux actions. La première portera sur une collaboration avec les ministères de l’enseignement supérieur du Maroc et de la Tunisie. Ceci pour la mise en place d’un dispositif national sur l’entrepreneuriat étudiant facilitant la reconnaissance du parcours de création d’une entreprise au sein du cursus universitaire. La seconde concerne les pôles d’accompagnement à la création d’entreprise dans les universités des 4 villes pilotes (Rabat, Casablanca, Tunis-Carthage et Sfax), sur le modèle du dispositif français Pépite et des expériences belge (Mons) et roumaine (Cluj-Napoca).

Le rôle de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) dans le cadre du projet porte surtout sur l’employabilité et la capacité d’entreprendre des diplômés de l’enseignement supérieur. Il s’agit d’une priorité. Il faut dire que dans le cadre de ses missions, «l’AUF encourage et soutient les dispositifs innovants dans les pays de la francophonie pour améliorer et accélérer l’insertion professionnelle des diplômés, notamment par la voie de l’entrepreneuriat», justifient les responsables de l’agence.

L’AUF accompagne ainsi les universités membres à développer des compétences et des dispositifs pour accompagner les étudiants souhaitant créer leur entreprise. Elle s’est engagée aussi à apporter son soutien aux acteurs institutionnels pour faciliter la mise en place de cadres nationaux favorables.

La Tunisie a déjà placé son ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, l’Agence nationale pour l’emploi et le travail indépendant, l’Université de Sfax et l’Université de Carthage, au cœur du projet.

En Europe, les partenaires qui accompagnent l’action Maroc Tunisie sont l’Université Jean Moulin – Lyon 3 en France, l’Université de Mons  en Belgique, l’Université Technique de Cluj-Napoca  en Roumanie et la Fnege/Pépite France.

Pour le Maroc, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences, HEM Business School, l’Université Mohammed V de Rabat et l’Université Hassan II de Casablanca se sont déjà engagés dans le programme.

À propos de l’AUF

L’Agence universitaire de la francophonie est une association mondiale d’universités francophones créée il y a plus de 50 ans. Elle regroupe près de 850 établissements universitaires sur les cinq continents dans plus de cent pays. Elle est également l’opérateur de la Francophonie pour l’enseignement supérieur et la recherche. Elle a pour mission de promouvoir une francophonie universitaire dynamique impliquée dans le développement économique et social des sociétés. Pour conduire ses actions, l’AUF développe des partenariats avec différentes organisations (Unesco, UE, ONG, entreprises du secteur privé…).

Source : AUF

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *