Financement des études : La CCG étoffe son offre pour les étudiants

Financement des études : La CCG étoffe son offre pour les étudiants

Comment financer vos études supérieures ? Faute de bas de laine solide, il faut penser soit au simple crédit consommation ou à l’offre «Enseignement Plus». La dernière option est à prendre en considération d’autant plus que la Caisse centrale de garantie (CCG) a amélioré son produit destiné aux étudiants.

«Enseignement Plus» est un fonds de garantie des prêts bancaires octroyés aux étudiants inscrits aux instituts et écoles supérieures de l’enseignement privé pour le financement, en partie ou en totalité, des frais d’inscription et de scolarité. Pour que ce produit puisse bénéficier à plus d’étudiants, la CCG a rendu son offre plus séduisante.

En juillet dernier, le ministère de l’économie et des finances, le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) et la Caisse centrale de garantie ont signé un protocole d’entente qui vise à améliorer les conditions d’intervention du produit «Enseignement Plus», à travers le relèvement du plafond du crédit de 100.000 dirhams à 250.000 dirhams, à raison de 50.000 dirhams par année au lieu de 20.000 dirhams auparavant, et l’augmentation de la période maximale de différé de remboursement à 6 ans au lieu de 5 ans.

Depuis son lancement en 2008 et jusqu’à fin décembre 2012, seuls 545 dossiers ont pu bénéficier de cette garantie pour un coût global de 90,99 millions de dirhams et un volume de crédit de 43 millions de dirhams. Pour pouvoir profiter de l’«Enseignement Plus», il faut bien évidemment être de nationalité marocaine, avoir au plus 25 ans au moment du dépôt de la demande du crédit bancaire et justifier d’une inscription valide ou, à défaut, d’une attestation d’inscription provisoire, auprès d’un institut ou école supérieure de l’enseignement privé, reconnu par l’Etat. La Caisse centrale de garantie a également élargi la liste des formations concernées par ce fonds de garantie.

Il s’agit de la gestion des entreprises, de l’économie et finances, des filières d’ingénieurs, de l’expertise comptable, la communication et marketing, l’architecture, les filières de la santé, les filières universitaires scientifiques, les classes préparatoires ainsi que les filières juridiques universitaires. Les prêts sont accordés par la banque à condition que le prêt soit destiné exclusivement au paiement des frais d’inscription et/ou des frais de scolarité exigés par l’institut ou école supérieure de l’enseignement privé. Le prêt peut également financer les frais du dossier bancaire et la prime d’assurance décès- invalidité. A la convenance de la banque et du bénéficiaire, le différé de remboursement peut soit porter seulement sur le principal, soit intégrer également les intérêts. 

Sur ce dernier point, la Caisse centrale de garantie souligne que le taux d’intérêt est librement négociable entre la banque et le bénéficiaire et doit tenir compte de la garantie de l’«Enseignement Plus». Et enfin, le déblocage du prêt par la banque se fait directement au profit de l’établissement d’enseignement supérieur privé. La quotité de la garantie concerne 60 % du crédit en principal, majoré des intérêts y afférents. Pour la sûreté, il y a la caution personnelle d’un parent ou d’un tuteur de l’étudiant bénéficiaire ainsi que la délégation de l’assurance décès-invalidité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *