Formation de 25.000 diplômés chômeurs : Mode d’emploi

Formation de 25.000 diplômés chômeurs :  Mode d’emploi

Vous êtes diplômés universitaires en chômage, ceci peut vous intéresser. A quelques mois de la fin de son mandat, le gouvernement tente la solution de la dernière chance pour les diplômés chômeurs. Un contingent de 25.000 diplômés chômeurs sera formé sur trois ans à raison de 8.000 à 10.000 jeunes par an sur tout le territoire.

Un accord cadre vient d’être signé entre l’Anapec (Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences), l’OFPPT (Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail) et la CGEM (Confédération générale des entreprises du Maroc) sous la présidence du chef de gouvernement. Les ministères de l’enseignement supérieur, de l’éducation nationale, de l’emploi et celui des finances sont également de la partie. Face à un taux de chômage de 26,3% parmi les lauréats des facultés, les responsables ont décidé de réserver le programme exclusivement aux détenteurs d’une licence universitaire.

Il n’existe, cependant, aucune restriction concernant la nature de la licence (voir encadré).

Des critères ont été retenus pour la sélection des candidats. Selon une source proche du chef de gouvernement, les responsables prendront en compte l’âge des bénéficiaires potentiels qui ne devra pas dépasser les 35 ans. «Nous prendrons également en considération la moyenne pour l’obtention d’une licence. Il ne faut pas que les candidats aient déjà bénéficié d’une formation similaire ou soient détenteurs d’une licence professionnelle», ajoute la même source. Plus concrètement, le nombre des candidats retenus chaque année ne dépassera pas les 10.000 personnes. Là aussi, le programme sera ouvert à la fois devant les jeunes inscrits dans la base de données de l’Anapec ainsi que ceux qui n’y figurent pas.

A travers cette formation, le gouvernement proposera aux bénéficiaires une formation étalée sur 9 à 12 mois et tout dépendra de la filière choisie par chaque candidat. En effet, la formation dispensée combinera des cours théoriques et pratiques dans les centres de l’OFPPT ainsi que dans les locaux des facultés. La moitié des cours sera réservée au renforcement des connaissances génériques dans les langues, les techniques d’entrepreneuriat, la communication et l’informatique. L’autre moitié sera consacrée à l’acquisition de connaissances plus spécifiques dans l’une des 30 filières retenues par le programme.

La formation sera suivie d’une expérience sur le terrain avec un stage dans l’une des entreprises affiliées à la CGEM. Les candidats seront appelés à développer un projet de fin de formation avant de recevoir à la fin le certificat final d’aptitude professionnelle. Le gouvernement estime le coût total de l’opération à 500 millions de dirhams dont 300 MDH seront réservés au paiement des bourses mensuelles de 1.000 dirhams pour chaque bénéficiaire. Les 200 MDH restants iront au financement de l’acquisition du matériel et le fonctionnement du programme.
 

Diplômés chômeurs : Le constat inquiétant du HCP

Le taux de chômage a franchi la barre des 10%. Selon les dernières données du HCP, entre le troisième trimestre de l’année 2014 et celui de 2015, le taux de chômage est ainsi passé de 9,6 à 10,1% au niveau national, de 14,5 à 15,1% en milieu urbain et de 4,1 à 4,3% en milieu rural. Mais si la hausse du chômage est plutôt générale malheureusement parmi toutes les catégories, les indicateurs concernant les diplômés chômeurs sont particulièrement inquiétants.

Toujours selon le HCP, le chômage demeure en particulier élevé parmi les diplômés et les jeunes âgés de 15 à 24 ans. «C’est ainsi qu’au troisième trimestre de 2015, le taux de chômage s’est établi à 4,3% parmi les personnes sans diplôme, à 16,6% parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau moyen  au niveau desquels il a enregistré 22,5% parmi les actifs ayant un certificat de qualification professionnelle, et à 21% parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau supérieur  avec en particulier un taux de 26,3% au niveau des lauréats des facultés», explique le HCP.

Pôles littéraire, scientifique et technique

Les filières proposées dans le cadre du programme de formation seront réparties en trois grands pôles. Il y aura tout d’abord le pôle littéraire, ensuite les pôles technique et scientifique.
Autrement, les détenteurs d’une licence littéraire, scientifique ou technique devront choisir entre les 30 filières du programme.

«Nous avons mis en place un cahier des normes pédagogiques qui identifie les axes et modules de formations. Les modes d’évaluation sont également déterminés», explique un proche collaborateur du chef de gouvernement.

Et de poursuivre: «Les candidats pourront choisir une filière proche du domaine de leur licence universitaire. Ils auront également la possibilité de choisir une filière totalement différente». Il faut préciser que les formulaires d’inscription seront disponibles dans les facultés ainsi que les centres de l’OFPPT. Vu que les places seront limitées chaque année, les responsables effectueront une présélection sur la base de plusieurs critères, notamment l’âge et la moyenne.

 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *