Formation professionnelle: 30.489 places pédagogiques destinées au Bac Pro

Formation professionnelle: 30.489 places pédagogiques destinées au Bac Pro

Quinze nouveaux établissements de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) ont ouvert leurs portes cette année. Sur l’ensemble des centres de formation, portés à 356 établissements pour la saison 2016-2017, 17 baccalauréats professionnels seront dispensés.

L’OFPPT renforce ainsi les parcours des formations professionnelles en mettant à la disposition des stagiaires, souhaitant passer le baccalauréat professionnel, 30.489 places pédagogiques, soit 9% de l’ensemble de son offre de formation.

Ainsi pour cette rentrée scolaire, la capacité d’accueil de l’OFPPT passe à 501.000 places pédagogiques contre 436.000 pour la rentrée précédente, soit une évolution de 15%, ce qui traduit l’intérêt croissant de l’étudiant marocain à vouloir suivre un cursus qui le rapproche davantage du monde du travail. L’effectif des nouveaux stagiaires en 1ère année s’élève à 392.549 dont 63% sont en formation diplômante. Rappelons qu’en 2001-2002 cet effectif ne dépassait guère 30.000 stagiaires. A l’époque, la formation professionnelle n’était convoitée que par les élèves ayant échoué à leur épreuve du baccalauréat. Les spécialités proposées étaient donc relatives au besoin de métiers techniques pour lesquels la formation académique n’était pas forcément une nécessité. La mutation s’est effectuée progressivement, d’abord par l’extension de la couverture des centres de formation, qui n’étaient plus concentrés au niveau de certaines villes du Royaume.

La palette de formations professionnelles s’est également élargie petit à petit: on ne parle plus de formation aux métiers d’«artisans», mais de l’accouchement de profils qualifiés techniquement pour accompagner efficacement les métiers de demain, notamment ceux relatifs au développement durable, telles les énergies renouvelables. Pour cette année, la formation qualifiante accueille 146.287 stagiaires dans les différentes spécialités. Les niveaux technicien spécialisé et technicien totalisent, en 1ère et 2ème années, 63% de l’offre de formation initiale, soit l’équivalent de 225.058 places pédagogiques. Les niveaux qualification et spécialisation représentent respectivement 18% avec 63.308 stagiaires inscrits cette année pour le premier niveau, et 10% représentés par 35.858 stagiaires pour le deuxième.

Ainsi l’offre de formation dispensée par l’OFPPT, avec une palette de 304 filières, permet aujourd’hui de couvrir le maximum de secteurs stratégiques porteurs d’emploi et à valeur ajoutée pour le développement économique et social du pays, notamment les technologies de l’information et de la communication, l’automobile, l’aéronautique, l’agroalimentaire, le tourisme, le BTP, les professions médicales, les énergies renouvelables, l’audiovisuel, le transport et logistique, etc. Toutefois, la formation diplômante passe cette année de 301.208 à 354.713 places pédagogiques, soit une hausse de 18% par rapport à la saison précédente. La carte de la formation qualifiante a été portée aussi à 146.287 places pédagogiques, et ce afin de répondre aux besoins spécifiques des entreprises, en renforçant les compétences des jeunes, ainsi qu’en contribuant à la réalisation de programmes nationaux. Parmi ces programmes, 82.000 chauffeurs professionnels recevront une mise à niveau du secteur du transport routier par la formation initiale et continue en cette saison 2016/2017.

Coopération Sud-Sud : 1000 stagiaires africains attendus

L’OFPPT prévoit l’accueil de 1.000 stagiaires africains au titre de l’année 2016-2017, un autre axe important dans son action entreprise pour cette rentrée scolaire. En effet, ce chiffre en hausse n’est autre que le résultat des accords-cadres et conventions conclus avec les pays africains, établis en marge de la coopération Sud-Sud.

Quant à l’opérationnalisation des autres chantiers, l’OFPPT compte poursuivre sa démarche, en se dotant d’outils de gestion moderne, en l’occurrence l’implantation progressive d’un système d’information intégré. L’Office compte également mettre en place des Offices régionaux dotés de larges prérogatives permettant ainsi la régionalisation de ses structures.

Maryem Laftouty

(journaliste stagiaire)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *