Formation professionnelle : Kafaat Liljamia lancé à Tanger

Formation professionnelle : Kafaat Liljamia  lancé à Tanger

Le projet est opérationnel depuis août 2017 à Tanger-Tétouan-Al Hoceima et dans l’Oriental

Un système de formation professionnelle de qualité, moderne et inclusif, adapté aux besoins du marché du travail, est nécessaire pour un développement économique et social durable au Maroc. C’est ce qu’a affirmé le consul général d’Espagne à Tanger, Pablo Zaldivar Miquelarena, lors de la séance du lancement officiel du projet Kafaat Liljamia organisé, mercredi 29 novembre, à Tanger. «Malgré les avancées réalisées pour la promotion de la formation professionnelle, le dispositif reste incapable de satisfaire la demande sociale potentielle en formation. C’est seulement avec la collaboration de tous, dans un objectif commun, que nous parviendrons à avoir un impact positif sur les populations ciblées», a-t-il souligné.

Initié par le British Council et l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID), Kafaat Liljamia – qui bénéficie du soutien du département de la formation professionnelle marocain pour une durée de trois ans (2017-2020) – est opérationnel depuis août 2017 sur les deux régions pilotes de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l’Oriental. «Notre objectif est de contribuer au renforcement du modèle de la gouvernance et de l’offre de la formation professionnelle au niveau régional en vue de garantir la qualité, l’adéquation aux besoins du marché du travail et l’inclusion de toutes les composantes de la société», a indiqué John Mitchell, directeur du Britch Council. Il est à noter que ce projet est financé par l’Union européenne à hauteur de 2,4 million d’euros, et ce dans le cadre de son programme d’appui à la formation professionnelle pour le développement du capital humain au Maroc (d’un montant global de 60 million d’euros). Parmi les objectifs spécifiques du projet : assurer «une coordination efficiente entre les parties prenantes en vue de renforcer le système régional de planification d’offre et d’évaluation de formation professionnelle», a affirmé Stéphan Veran, chef du projet, faisant remarquer qu’il s’agit aussi de développer et d’améliorer «l’accès des groupes vulnérables à une formation professionnelle de qualité adaptée aux besoins du marché du travail».

Il est à préciser que le choix des responsables du projet est porté sur deux régions du nord et de l’Oriental, qui ont des niveaux économiques différents, mais ayant en commun des besoins dans leurs recrutements à des compétences techniques.

Ce projet prévoit l’accompagnement à la mise en place d’un mécanisme de gouvernance régionale à travers la réalisation d’une série d’activités. Parmi lesquelles figure un programme de conférence visant la présentation d’expériences internationales. Il s’agit aussi des sessions de renforcement des capacités des membres des groupes de travail régionaux, des ateliers pour la collecte et l’échange d’information et des voyages d’études et d’échange à l’international (UK, Espagne,…).

Concernant l’axe des subventions, Kafaat Liljamia prévoit l’octroi d’un montant de 900.000 euros pour soutenir des initiatives locales de formation professionnelle ou d’acquisition de compétences techniques visant à assurer l’inclusion de groupes éloignés de l’emploi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *