Formation professionnelle : Le Souverain accorde un nouveau délai

Formation  professionnelle : Le Souverain accorde un nouveau délai

Suite à la demande de la commission chargée d’élaborer de nouveaux programmes

Dans son discours du 20 août dernier, Sa Majesté le Roi avait de nouveau attiré l’attention sur la question de l’emploi des jeunes, en relation notamment avec la problématique de l’adéquation entre formation et emploi.

La commission chargée d’élaborer un nouveau programme pour la formation professionnelle vient d’obtenir un nouveau délai. Un communiqué du Cabinet royal annonce en effet que «vu l’importance que SM le Roi, que Dieu le préserve, ne cesse d’accorder à la promotion du secteur de la formation professionnelle et le souci du Souverain quant à la qualité des programmes et des propositions qui seront présentés par la commission, Sa Majesté le Roi a bien voulu donner son approbation à cette requête». Cette décision intervient, selon la même source, «suite à la séance de travail présidée par SM le Roi Mohammed VI le 1er octobre courant et qui a été consacrée à la mise à niveau de l’offre de formation professionnelle, la diversification et valorisation des métiers et la modernisation des méthodes pédagogiques». Le Cabinet royal explique qu’après «la fin du délai de trois semaines fixé par Sa Majesté le Roi à la commission que préside le chef de gouvernement pour élaborer et soumettre un programme de projets et des mesures précises dans ce sens, la commission a demandé à Sa Majesté le Roi de lui accorder un court délai pour parachever la mission qui lui a été confiée». Pour rappel, Sa Majesté le Roi Mohammed VI avait présidé, lundi 1er octobre au Palais Royal de Rabat une séance de travail consacrée à la mise à niveau de l’offre de formation professionnelle, à la diversification et la valorisation des métiers et la modernisation des méthodes pédagogiques.

«Cette réunion intervient dans le sillage de la mise en œuvre des priorités et mesures fixées par le Souverain, en particulier lors des discours du Trône et du 20 août. Elle témoigne de la Haute sollicitude royale constante envers le secteur de la formation professionnelle, en tant que levier stratégique et voie prometteuse de préparation de la jeunesse à l’emploi et l’insertion professionnelle. En effet, dans son discours du 20 août dernier, Sa Majesté le Roi avait de nouveau attiré l’attention sur la question de l’emploi des jeunes, en relation notamment avec la problématique de l’adéquation entre formation et emploi», avait indiqué le Cabinet royal. Et de poursuivre : «Au cours de cette réunion, le Souverain a pris connaissance des premières propositions et mesures à prendre par les départements concernés relatives à la mise en œuvre des Hautes orientations royales. Il s’agit, en particulier, de la restructuration des filières de la formation professionnelle, la création d’une nouvelle génération de centres de formation et de qualification des jeunes, la systématisation du conseil en orientation précoce vers les filières professionnelles, le développement de la formation par alternance, l’apprentissage des langues, ainsi que la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes dans leurs domaines de compétence». A l’issue de cette réunion, le Souverain avait donné ses Hautes instructions afin que cette commission présidée par le chef de gouvernement élabore et soumette dans un délai de 3 semaines un programme de projets et mesures précis et d’application immédiate qui seront notamment financés avec le concours du Fonds Hassan II.

Cahier des charges

Le Souverain avait donné ses Hautes directives pour le développement de nouvelles formations dans les secteurs et métiers porteurs tout en mettant à niveau les formations dans les métiers dits classiques, qui demeurent les principaux pourvoyeurs d’emplois pour les jeunes, tels que ceux liés aux secteurs de l’industrie, des services, le BTP, l’agriculture, la pêche, l’eau, l’énergie et l’artisanat. A ce sujet, Sa Majesté le Roi a particulièrement mis l’accent sur la nécessité de développer davantage l’offre de la formation professionnelle, en adoptant de nouveaux standards de qualité, notamment dans le secteur de l’hôtellerie et du tourisme de façon à stimuler et accompagner l’essor essentiel de ce secteur stratégique.

L’attention royale a également porté sur la formation professionnelle dans le secteur de la santé, incluant les métiers paramédicaux et de techniciens de santé, notamment en maintenance et réparation des équipements médicaux où il existe un réel potentiel d’emplois. De même, Sa Majesté le Roi a donné ses Hautes orientations en vue d’élaborer des formations qualifiantes courtes de près de quatre mois, intégrant des modules linguistiques et techniques destinés aux personnes ayant acquis une expérience dans le secteur informel, et ce en vue de leur offrir l’opportunité d’intégrer le secteur formel et de valoriser ainsi leurs savoir-faire et aptitudes.

Participants

Loubna Tricha, directrice générale de l’OFPPT.

Cette séance de travail consacrée à la formation professionnelle s’était déroulée en présence de Saâd Eddine El Othmani, chef de gouvernement, Omar Azziman, conseiller de SM le Roi, président du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique,  Fouad Ali El Himma, conseiller du Souverain, Abdelouafi Laftit, ministre de l’intérieur, Saïd Amzazi, ministre de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, Abdelkader Amara, ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Anas Doukkali, ministre de la santé,  Mohamed Sajid, ministre du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, Mohamed Yatim, ministre de l’emploi et de l’insertion professionnelle, et Loubna Tricha, directrice générale de l’OFPPT.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *