Institut national des postes et télécommunications: Une consécration avec vision prospective

Institut national des postes et télécommunications: Une consécration avec vision prospective

«L’INPT lancera un master spécialisé en cybersécurité en septembre 2015. Aussi un master de l’INPT consacré à l’économie numérique sera lancé dans la même année», a annoncé Bedreddine Benameur qui a précisé qu’un master spécialisé délocalisé en gestion des télécoms est à l’étude.

En détail, ce sont, selon le directeur de l’institut, 50 jeunes qui seront formés par an dans le cadre du master en économie numérique.      

Outre ces nouveautés, les lauréats, comprenant également 9 étudiants issus de nationalités étrangères, sont considérés comme l’avant-dernière promotion mono-filière de l’institut. A partir de 2017, les lauréats seront spécialisés en ingénierie informatique et ingénierie en management des technologies de l’information outre la filière ingénierie des télécoms.  

Ces formations, considérées cruciales par Mohamed Abbou, font de l’INPT un établissement «présent en chantiers importants». Dans ce sens, le ministre délégué auprès du ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, chargé du commerce extérieur, a cité l’exemple du plan d’accélération industrielle et Maroc Numeric 2020 entre autres. «Notre société a besoin de personnes engagées dans le domaine des TIC», a-t-il enchaîné.  
En rapport avec ces chantiers, ces lauréats font, aux yeux d’Azdine Elmountassir Billah, «partie de l’élite». Pour le directeur général de l’ANRT, «ces jeunes ayant opté pour l’INPT ont fait le bon choix». «Notre avenir dépend de la capacité de croire en nous-mêmes en matière de développement des NTIC entre autres», a-t-il ajouté.          

Lahcen Daoudi, qui était également de la partie, n’a pas manqué de donner des conseils aux lauréats. «Il ne faudrait pas se pointer devant le Parlement pour demander de l’emploi !», a recommandé le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres qui a précisé que la formation d’un ingénieur coûte 600.000 DH. Selon le ministre, les lauréats de l’INPT sont censés, à leur tour, rendre service à leur pays.

«Nous avons besoin de doctorants relevant de votre domaine», s’est adressé M. Daoudi aux étudiants célébrés en rappelant le système des bourses dont l’INPT est prévu de faire partie. «Les étudiants ne formulent pas de demandes en bourses pour l’Asie». Voilà un appel par le ministre qui a également formulé le besoin en recherche scientifique en estimant que le manquement à l’accompagnement des évolutions mondiales engendrera un gap scientifique au Maroc.

Par l’occasion, le ministre a également précisé que 5 à 6 masters seront créés en matière de big data.
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *