octobre 17, 2017

L’Université Chouaïb Doukkali sur la voie du développement et du rayonnement …

L’Université Chouaïb Doukkali sur la voie du développement et du rayonnement …

Le démarrage de l’année universitaire dès le 11 septembre 2017, dans une ambiance de renouveau, est un signe de l’engagement sans faille de l’ensemble des composantes de l’Université Chouaïb Doukkali, pour réussir une année universitaire 2017-2018, cadrée par un calendrier permettant une visibilité organisationnelle  des   grandes  activités   et  actions pédagogiques qu’attendent nos étudiants et nos professeurs tout au long de cette année.

A l’UCD, l’événement phare de cette rentrée universitaire, est bien évidemment le passage à 6 établissements universitaires avec l’ouverture de l’Ecole Supérieure de Technologie de Sidi Bennour et le lancement de 2 filières à forte interactivité avec le milieu socioéconomique. Un autre pilier du Plan de développement de l’Université voit le jour !

Avec un effectif avoisinant les 23 500 étudiants, réparti sur 2 campus, l’UCD donne désormais à El Jadida le cachet d’une ville universitaire (15% de la population de la ville sont des étudiants). Cette croissance continue des effectifs est plus que jamais au centre d’une réflexion collective portant sur la diversification et la professionnalisation de l’offre de formation ainsi que l’amélioration des conditions d’apprentissage et de vie des étudiants pour un meilleur rendement interne et externe.

En termes de diversification de l’offre de formation, l’Université a ainsi proposé la ré-accréditation et l’accréditation de 23 filières à la session de 2017, ramenant l’offre pédagogique à 85 filières et parcours couvrant la majorité des champs disciplinaires avec une part importante de filières professionnalisantes.

Sur le plan de l’infrastructure, l’augmentation de la capacité d’accueil et l’amélioration du cadre de travail a constitué l’une des actions majeures de la rentrée universitaire actuelle. L’université a réceptionné un amphithéâtre de 500 places et un bloc pédagogique à la Faculté des Sciences ; un bloc de 6 salles de travaux dirigés à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, un bloc composé d’un amphithéâtre de 250 places et de deux autres de 150 places chacun à l’Ecole Nationale des Sciences Appliquées et une bibliothèque en phase de réception et deux amphithéâtres de 400 places chacun et un bloc de 12 salles de travaux dirigés en cours de construction à la Faculté Polydisciplinaire. De même, l’infrastructure sociale des étudiants sera renforcée par l’ouverture début 2018 d’un restaurant universitaire sur un terrain de plus de 4.500 m2. Plusieurs autres projets d’extension, de réhabilitation et d’aménagement ont été achevés ou en cours de réalisation.

Des progrès significatifs ont été réalisés sur les indicateurs qui ont constitué depuis des années des pierres d’achoppement du système de l’enseignement supérieur national. Le nombre de diplômés en juillet 2017 a connu une augmentation remarquable,  fruits  des  efforts  de  tous les acteurs, les  composantes  et  les instances  de l’Université en particulier le corps enseignant et administratif. Passant de 1.163 en 2011 à plus de 2.510 en 2017 avec aussi une amélioration des indicateurs de validation des semestres. Ceci confirme la stratégie de l’Université pour l’amélioration de ses rendements internes. Quant au rendement externe, et pour suivre cet indicateur, l’Université a adopté le programme européen Tempus ISLAH pour définir le profil du lauréat et suivre sa situation professionnelle. Si les établissements à accès régulé proposent et développent des filières en forte adéquation avec les besoins du marché de l’emploi, plusieurs autres filières dans les établissements à accès ouvert enregistrent un taux acceptable d’insertion. Cependant quelques filières à accès ouvert connaissent des difficultés dans l’insertion de leurs diplômés et ceci et au niveau national et même international. Il est nécessaire de revoir l’ingénierie pédagogique de ces filières pour les doter d’outils et d’infrastructures pour mieux améliorer leur rendement externe. C’est en tout cas l’un des objectifs des rencontres régionales sur l’évaluation et le développement du système pédagogique de l’enseignement supérieur ; lancé par le département de tutelle et que l’UCD organisera le 23 octobre 2017.

Dans le domaine de la recherche scientifique, et dans l’objectif de compléter la structuration de ses organes, l’université a accrédité 4 Centres Universitaires de Recherche qui travaillent sur des thématiques adossés aux projets structurants nationaux et leur déclinaison au niveau régional, telles que les énergies renouvelables, les systèmes intelligents, la chimie appliquée, le développement durable, les sciences de la mer et du littoral, les sciences humaines et les sciences économiques et sociales. Avec cette opération, l’université a conclu le processus de restructuration de ses composantes de recherche constituées ainsi de ces quatre centres, d’un Pôle de Compétence sur les sciences et techniques de la mer, de 37 laboratoires dont deux sont associés au CNRST et enfin, de 12 équipes. Toutes ces structures sont organisées sous une forme pyramidale ascendante prêtant plus de clarté au système de recherche scientifique de l’université et encadrent cette année plus de 600 doctorants. En se référant aux bases de données Scopus, ISI Web et AMS, le nombre de publications dans des revues internationales indexées a atteint, en 2016, 252 publications indexées.

Les conditions de la pratique de la recherche scientifique se sont grandement améliorées par l’acquisition de la suite des équipements de la plateforme technologique qui regroupe l’ensemble du matériel d’analyse et de caractérisation acquis, moyennant une enveloppe budgétaire avoisinant les 20 millions de Dhs. Ces équipements seront installés dans le nouveau bloc pédagogique en cours d’aménagement à la Faculté des Sciences. Ce bloc sera dédié aux activités de recherche et d’encadrement de la Faculté des Sciences et de l’Ecole Nationale des Sciences Appliquées pour répondre aux besoins du milieu industriel en matière d’analyse et de caractérisation des matériaux.

Les relations de l’Université avec son milieu socioéconomique sont bonnes ; en témoignent les projets de recherche menés depuis 2016 pour le compte de l’OCP sur les énergies, la chimie fine, la valorisation des acides et les matériaux pour un montant global de plus de 7 millions de Dhs , et aussi l’appui des autorités et des instances élues locales et provinciales, pour le développement des infrastructures sociales.

Avec environ 200 conventions nationales et internationales, l’UCD est membre actif dans plusieurs projets de coopération tels les Erasmus+, les projets H2020, ARIMNet2, PEER-USAID et plusieurs dizaines de projets européen Tempus.

Les activités para-universitaires constituent un autre volet auquel l’université accorde un grand intérêt. L’université organise chaque année plusieurs manifestations scientifiques, culturelles, sportives et sociales dont certaines sont pilotées par les étudiants eux-mêmes. A titre d’exemple, plus de 49 manifestations scientifiques ont été organisées en 2016-2017 dont 13 internationales et 9 organisées par les doctorants. Les résultats sont très concluants, puisque plusieurs de nos étudiants se sont distingués au niveau national et international dans différentes activités. Nous pouvons citer comme résultats saillants :

– Prix du meilleur Produit Innovant INJAZ AL ARAB (Bahreïn 2016).

– Prix de la Meilleure photo COP22.

– Prix de la Meilleure Junior Entreprise Maroc (Injaz Al Maghrib 2016).

– Prix Lecture du Coran (Egypte, 2017).

– Champion d’Afrique aux échecs (Gabon 2017).

– Championnat International Karaté1 Première League (Pays Bas 2017).

– 1er prix national de «Ma thèse en 180 secondes» en 2017. L’UCD représentera le Royaume à Bruxelles.

– 6ème Championnat Universitaire de Football 2017 (record national).

Les actions menées pour la rentrée universitaire permettent de diversifier et professionnaliser l’offre de la formation, d’améliorer les conditions d’apprentissage des étudiants et de soutenir la recherche, dans une ambiance conviviale et de bien-être. Cet effort qui doit être soutenu fait appel à l’engagement et au sens de la responsabilité de tous. L’Etudiant demeure en permanence au premier rang de nos préoccupations. Nous ne le considérons pas comme un public cible ou un simple usager, mais plutôt comme un acteur, prenant son destin en main : c’est le défi que porte l’Université Chouaïb Doukkali.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *