M’hammed Abbad Andaloussi: « La SNI associe Injaz à sa stratégie RSE »

M’hammed Abbad Andaloussi: « La SNI associe Injaz à sa stratégie RSE »

ALM : Injaz Al Maghrib travaille dans le cadre d’un programme d’éducation à l’entrepreneuriat depuis 2007. Pouvez-vous nous donner un bilan ?
 

M’hammed Abbad Andaloussi : Grâce au soutien d’une centaine d’entreprises et à l’implication de 1.750 cadres bénévoles qui dispensent nos programmes de formation à l’entrepreneuriat, Injaz Al Maghrib a formé depuis sa création plus de 50.000 jeunes dans des établissements d’enseignement public de 12 villes marocaines et ambitionne d’atteindre 200.000 à l’horizon 2020 en déployant ses programmes dans toutes les régions du Maroc.

Comment expliquez-vous ces performances ?

Plusieurs facteurs ont contribué à ces réalisations : d’abord un business leader qui a été le premier à croire dans ce projet et à l’accompagner financièrement tout en mobilisant ses cadres pour intervenir dans nos programmes en qualité de conseillers bénévoles. Il s’agit du groupe SNI qui vient par ailleurs de décider d’axer sa stratégie responsabilité sociétale des entreprises (RSE) sur l’entrepreneuriat et d’associer Injaz Al Maghrib à la mise en œuvre de cette stratégie. Attijariwafa bank s’est engagé pour sa part à mobiliser pour Injaz 1.000 conseillers bénévoles durant les trois prochaines années. C’est un exemple édifiant de ce que peut faire la société civile si elle est accompagnée.

Ensuite c’est le partenariat public privé développé dans le cadre de ce projet. Le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle a signé une convention avec Injaz Al Maghrib incorporant nos programmes dans les activités officielles du ministère et a mobilisé les établissements d’enseignement à s’impliquer dans notre projet. La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) de son côté mobilise toutes ses sections régionales pour adhérer à ce projet. Le plaidoyer de Meriem Bensalah en faveur de ce projet nous a aidés à impliquer une centaine d’entreprises dans notre projet. Des institutions nationales et internationales qui accompagnent ce projet : la Fondation OCP, la Fondation Phosboucraa, la Fondation Drosos, la Fondation SNCF, l’UNICEF, l’ambassade américaine, l’USAID, le MEPI… Des centaines de cadres bénévoles qui interviennent deux heures par semaine pour encadrer les jeunes à notamment créer et gérer des junior entreprises durant l’année académique et une équipe compétente et passionnée qui se dépense sans compter pour réaliser nos ambitions en faveur de la jeunesse marocaine.

Est-ce que les programmes d’Injaz sont tous accessibles à tous les jeunes entrepreneurs du Maroc ?

Je voudrais préciser que nous intervenons d’abord dans l’éducation à l’entrepreneuriat pour stimuler l’esprit d’entreprise des jeunes. Cette année nous comptons déployer nos programmes dans 18 villes marocaines en faveur de 25.000 jeunes. Le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle souhaite qu’à moyen ou long terme, tous les candidats au baccalauréat aient bénéficié de nos programmes.

Quelle évaluation faites-vous des structures d’aide à la création d’entreprise au Maroc ?

L’étude que nous avons menée pour analyser l’écosystème entrepreneurial a fait ressortir plus de 100 acteurs qui interviennent dans l’accompagnement des jeunes. Le problème à mon avis se situe en amont. Les jeunes qui n’ont pas été préparés très tôt à l’acte d’entreprendre ne sont pas motivés pour entreprendre. Et c’est pourquoi notre association se fixe pour mission de stimuler l’esprit d’entreprise des jeunes et de développer leurs compétences entrepreneuriales pour leur donner l’envie d’entreprendre. Nous avons l’intime conviction que deux heures de bénévolat par semaine de la part de cadres et on peut créer une nouvelle génération d’entrepreneurs.

Quelles sont les futures initiatives d’Injaz Al Maghrib pour encourager les jeunes à l’entrepreneuriat et les accompagner ?

Ayant remarqué qu’un grand nombre de jeunes qui ont bénéficié de nos programmes souhaitent poursuivre l’aventure en créant leur entreprise, nous avons lancé un nouveau programme de pré-incubation Smart Start pour accompagner ces jeunes. Cette année nous comptons accompagner 120 jeunes entrepreneurs en mettant à leur disposition pendant six mois des mentors et en organisant de séances de coaching pour le développement de leurs aptitudes managériales.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *