Mohammed Zaoudi : «Nous proposons à l’IGA un modèle pédagogique innovant»

Mohammed Zaoudi : «Nous proposons à l’IGA un modèle pédagogique innovant»

Entretien avec Mohammed Zaoudi, directeur de l’IGA

Il faut définir une feuille de route riche, solide mais surtout valable sur le long terme qui prend en compte tous les besoins actuels mais surtout futurs afin de faire de notre système éducatif une référence

Dans cette interview, Mohammed Zaoudi dévoile les détails de l’offre de l’Institut tout en faisant le bilan de l’année universitaire actuelle et les perspectives de la prochaine.

ALM : Quel bilan faites-vous de l’année universitaire 2018-2019 ?

Mohammed Zaoudi : Très positif, il s’agit d’une autre année réussie côté pédagogique, projets et partenariats. Après une année intense avec des interventions de très haut niveau, la plupart de nos chers étudiants se trouvent actuellement en stage afin d’appliquer les connaissances et compétences acquises durant leurs parcours et faire preuve ainsi de leurs qualités et savoir-faire. D’autre part, plusieurs projets de recherche ont été concrétisés par nos chers enseignants-chercheurs qui continuent à être très actifs et productifs sur différents axes de recherche et développement. Cette année s’est distinguée aussi par la signature de plusieurs partenariats PPP avec différents établissements nationaux et internationaux afin de continuer à renforcer ainsi ce partenariat public-privé.

Quelles sont les filières les plus prisées par les étudiants de l’IGA ? Et pourquoi ?

Nous proposons à l’IGA un modèle pédagogique innovant avec des offres de formation très attractives et en adéquation avec les besoins du marché de travail. Nous formons des ingénieurs et managers dans différentes spécialités. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il n’existe pas chez nous une grande différence entre le choix des filières car nous essayons de faire comprendre aux chers bacheliers et universitaires que le choix est plutôt un choix de métier et non pas de tendance ni de phénomène temporaire, nous pourrons par exemple être un très bon ingénieur exerçant dans le domaine de la gestion (banques, assurances, ….) ou bien un très bon marqueteur (gestion) travaillant dans le secteur des nouvelles technologies (IBM, Apple, Renault-Nissan,…). Ce qui confirme et justifie notre offre de formation dans laquelle nous trouvons différentes disciplines, parmi les plus prisées, nous citons :

– Pour l’ingénierie : ingénierie logiciels, télécommunications, réseaux et sécurité, systèmes automatisés …

– Et pour le management : finance, audit, contrôle de gestion, marketing, commerce, ….

Toutes nos spécialités en management sont renforcées par des compétences informatiques, et des compétences en gestion pour nos spécialités d’ingénierie. Ce qui nous distingue et fait de nos lauréats des profils très sollicités.

Comment suivez-vous le débat actuellement sur la réforme de l’enseignement supérieur ?

Comme vous le savez, débattre est synonyme de progrès et d’évolution. Il s’agit d’un débat qui vise un secteur extrêmement sensible mais en même temps stratégique qui nécessite une attention très particulière des différentes parties prenantes. L’IGA en tant que précurseur dans l’enseignement supérieur privé depuis 1981 suit bien évidemment de très près ce débat et reste très attentif à toutes les évolutions espérant qu’elles seront dans l’intérêt du pays.

Quelle est votre vision au sein de l’IGA concernant cette réforme ?

S’agissant d’une décision stratégique pour le développement du pays, il faut définir une feuille de route riche, solide mais surtout valable sur le long terme qui prend en compte tous les besoins actuels mais surtout futurs afin de faire de notre système éducatif une référence au même niveau des grands projets stratégiques réussis par le Maroc ces dernières années. Il faut faire de cette réforme une priorité nationale car elle représente la colonne vertébrale du pays. Nous pouvons nous inspirer de plusieurs références mondiales qui sont arrivées à faire de leurs systèmes éducatifs la locomotive par excellence du pays.

Quelle place occupe l’IGA aujourd’hui dans le paysage national de l’enseignement supérieur privé ?

Je répondrais à votre question par quelques chiffres clés à retenir : 1ère école supérieure privée au Maroc depuis 1981,  plus de 38 ans d’existence, plus large réseau des lauréats avec plus de 12.500 diplômés, plus de 150 entreprises partenaires, plus de 20 partenaires académiques, une richesse multiculturelle avec plus de 25 nationalités.

L’enseignement supérieur assiste depuis quelques années à une multiplication de l’offre privée. Comment peut-on expliquer cette ascension et est-elle bénéfique pour le développement de l’enseignement au Maroc?

Effectivement, en tant que précurseurs dans le domaine de l’enseignement supérieur privé au Maroc, nous avons assisté à une grande florescence du secteur de l’enseignement supérieur privé avec l’apparition des nouveaux établissements privés sur la place marocaine. Cette ascension est due à l’excellente image et aux très bons résultats obtenus par les premiers établissements privés au Maroc, qui ont participé en premier lieu à ce succès grâce à leurs rigueur, qualité et offres des formations proposées. Cette diversité de l’offre ne peut être que très bénéfique à toutes les parties prenantes : étudiants, entreprises et bien évidemment au développement économique du Maroc.

Avez-vous un message à adresser aux bacheliers ?

Il y en a plusieurs, mais je pense qu’on ne peut pas tous les citer faute de temps. Par contre si je dois me limiter à quelques-uns, je dirais à nos chers bacheliers qu’ils sont face à une nouvelle étape décisive pour leur avenir, raison pour laquelle ils ne doivent pas se précipiter sur le choix à effectuer. Plusieurs critères doivent être pris en compte : filière et programme, qualité et réputation de l’école, etc. Je reçois durant l’année beaucoup d’étudiants et parents désirant intégrer l’IGA après une mauvaise expérience ailleurs qui est due dans la plupart des cas à un manque de renseignements ou bien une mauvaise orientation. J’invite donc l’ensemble des bacheliers à visiter les écoles par lesquelles ils sont intéressés en posant les bonnes questions (professeurs, programme, reconnaissance par l’Etat, stages, activités para-universitaire, visites des locaux,…). Je rappelle aussi à l’ensemble des bacheliers et parents que nous disposons à l‘IGA de plusieurs spécialistes d’orientation qui seront toujours à leur disposition pour les aider dans leur choix de carrière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *