Partenariat entre le CNDH et l’ambassade de France: Un million DH pour la formation en droits humains

Partenariat entre le CNDH et l’ambassade de France: Un million DH pour la formation en droits humains

Consciente des efforts fournis par le CNDH en matière de droits humains, l’ambassade de France au Maroc décide de formaliser sa coopération avec ledit Conseil. Une collaboration matérialisée, en vertu d’un partenariat signé mercredi à Rabat.

«Nous doublerons le volume des actions que nous avions envisagées au bénéfice du CNDH en 2014, ce qui va nous permettre d’affecter cette année un million de dirhams à cette institution pour soutenir tout particulièrement ses activités de formation», annonce l’ambassadeur Charles Fries.

A travers cette convention, dont l’effet s’étalera sur plusieurs années et dans de nombreux domaines, l’ambassade contribuera au développement des capacités techniques et opérationnelles du Conseil, notamment à la montée en puissance de son centre de formation. Elle apportera sa pierre à l’élaboration de référentiels dans le domaine des droits de l’Homme. Ainsi, elle veillera à l’élaboration de manuels, la délivrance de formations dans le domaine de la gouvernance associative ou encore la création d’un fonds documentaire à l’usage de toutes les personnes qui fréquenteront le centre de formation. L’ambassade participera, en outre, à l’organisation d’événements conjoints avec le CNDH.

Plusieurs manifestations consacrées au droit à l’éducation ou encore à l’égalité de genre devraient ainsi avoir lieu dans les prochains mois. Aussi, un plan d’action recensera chaque année les opérations communément prévues.

Aux yeux de Driss El Yazami, président du CNDH, «cette convention va nous permettre de faire un pas qualitatif». Pour lui, ce partenariat tombe à point nommé puisque le Conseil vient de présenter son rapport lundi au Parlement. Une mouture qui a mis en avant les acquis en matière des droits de l’Homme. «Le CNDH doit continuer à jouer son rôle», a ajouté M. El Yazami qui a exprimé le besoin de l’institution qu’il préside en termes de capacités et compétences.

D’où l’utilité du partenariat qui prévoit également le développement d’opérations de renforcement de capacités, à savoir la gouvernance associative, le montage, la gestion de projets et la recherche de financement, au bénéfice des acteurs de la société civile marocaine.

Pour information, trois membres de l’équipe du Conseil se déplaceront, dès la semaine prochaine, à Paris pour acquérir une formation en matière de droits humains.    
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *