Sheikha Loubna Bint Khalid El Qasimi : «Nous portons la responsabilité d’assurer l’avenir de nos jeunes»

Sheikha Loubna Bint Khalid El Qasimi : «Nous portons la responsabilité d’assurer l’avenir de nos jeunes»

Entretien avec Sheikha Loubna Bint Khalid El Qasimi, présidente de l’Université Zayed

Les Emirats Arabes Unis concentrent un nombre considérable de grandes sociétés. Réputé pour être l’une des meilleures destinations affaires dans le monde, le pays offre également des perspectives pour les jeunes entrepreneurs. De plus, la qualité des formations au sein des universités installées aux Émirats pousse beaucoup de jeunes à y poursuivre leurs études, notamment dans le domaine des affaires ou des nouvelles technologies. Pour en savoir plus, nous sommes allés à la rencontre de Sheikha Loubna Bint Khaled El Qasimi, présidente de l’Université Zayed et ex-ministre de la tolérance aux Emirats Arabes Unis.

ALM : Pouvez-vous nous parler de l’objet de votre présence au Maroc ?

Sheikha Loubna Bint Khalid El Qasimi : C’est un réel plaisir pour moi d’être au Royaume du Maroc. Je suis présente ici dans le cadre de la conférence des états généraux des entreprises et entrepreneurs citoyens qui se déroule à Essaouira du 30 juin au 1er juillet. Une ville que j’affectionne particulièrement. D’ailleurs c’est ma deuxième visite en l’espace d’une année. Cette ville est un véritable carrefour de rencontres et d’échanges. Et comme vous avez pu le constater, cette conférence incarne parfaitement l’esprit et la philosophie du partage et de l’échange. Cette rencontre cible principalement les jeunes et nous en tant que responsables, en tant que dirigeants d’établissements universitaires, en tant qu’hommes et femmes d’affaires, en tant que politiques nous portons la responsabilité d’assurer l’avenir de nos jeunes. Nous vivons dans une époque très différente de ce qu’on a pu vivre pendant notre jeunesse. Ce qui exige de nous de penser constamment à l’innovation et à la créativité comme facteur clé pour le développement. En tant que présidente de l’Université Zayed des Emirats Arabes Unis, je peux vous dire que dans mon pays on accorde beaucoup d’intérêt à l’entrepreneuriat, notamment dans nos programmes universitaires. Nous organisons par exemple des compétitions pour les jeunes émiratis porteurs de projets dans le domaine des affaires. A la clé, des récompenses sont attribuées aux meilleurs projets. C’est l’occasion également pour les grandes entreprises de soutenir financièrement les PME. 

Quel a été votre apport lors de la conférence des états généraux des entreprises et des entrepreneurs citoyens?

Mon workshop lors de la conférence des états généraux se focalise sur l’éducation et la responsabilité des établissements d’enseignement à encourager l’entrepreneuriat.

Dans le contexte actuel des choses, notamment au Moyen-Orient, nous sommes confrontés à des défis et à des problèmes liés à la jeunesse. Celle-ci peut tomber dans les filets d’organisations terroristes si elle ne trouve pas l’opportunité pour exprimer ses talents et sa créativité. Il faut donc prendre soin de nos jeunes et leur assurer un avenir meilleur. C’est de notre responsabilité.

L’expérience des Emirats Arabes Unis est connue dans le monde dans la formation, notamment en affaires, comment justement développer la coopération entre le Maroc et les Emirats dans ce domaine ?

Les Emirats Arabes Unis et le Maroc sont partenaires dans plusieurs domaines et j’insiste sur ce point. Les Émirats Arabes Unis accueillent beaucoup de jeunes marocains qui brillent dans différents domaines. Leurs talents et leur créativité sont reconnus. Les Emirats constituent le rêve de beaucoup de jeunes dans le monde arabe. Sur le plan de la coopération, notre relation avec le Royaume du Maroc est très spéciale. Nous avons des défis communs et une coopération qui se renforce au fil du temps.

Quels sont les points forts de l’expérience émiratie dans le domaine des affaires ?

Comme vous le savez, les Emirats Arabes Unis sont un Etat jeune. Nous partons de l’idée que la majorité de nos concitoyens sont des jeunes. Les pères fondateurs de l’UEA ont compris depuis le début qu’il faut miser sur le développement du pays. A leurs débuts, les Etats n’avaient ni pétrole ni un revenu important mais lorsqu’on a commencé à produire le pétrole, nous avons orienté nos priorités vers l’enseignement, en soutenant notamment les étudiants qui souhaitent poursuivre leur cursus universitaire aux Emirats Arabes Unis où à l’étranger. Partant de ma propre expérience, j’ai fait mes études supérieures en ingénierie, à l’Etat de Californie en 1981. En 2004, j’ai été nommée en tant que première femme ministre dans l’histoire des Emirats Arabes Unis. Rien de cela n’aurait été possible sans le soutien de mon pays. Nous avons actuellement au sein de notre gouvernement neuf ministres femmes.

En termes d’enseignement, les Emirats Arabes Unis concentrent un nombre important d’universités qui dispensent des formations parfaitement adaptées au marché de l’emploi. Cela a été réalisé grâce à la forte collaboration entre les universités, les ministères et les entreprises. L’action de notre gouvernement est portée sur la jeunesse, le bonheur et l’intelligence artificielle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *