Taoufiq Boussaid: «Nous souhaitons vraiment que l’on puisse répondre aux besoins des industriels»

Taoufiq Boussaid: «Nous souhaitons vraiment que l’on puisse répondre aux besoins des industriels»

Questions à Taoufiq Boussaid, président de Bombardier Transport Maroc

ALM : Quelle est différence et la valeur ajoutée de cette formation par rapport à celle offerte par d’autres établissements ?

Taoufiq Boussaid : Cette formation est sponsorisée par Bombardier, cela signifie que nous avons identifié les besoins et les outils pour y répondre.

Ce que nous souhaitons,  plutôt que de faire quelque chose qui est très générique comme pourrait le faire une autre formation qui n’est pas adossée à un industriel, c’est vraiment avoir une formation qui va directement couvrir les besoins des industriels comme Bombardier, Siemens et Alstom. Nous ne voulons pas être exclusifs mais faire plutôt partie d’une grande famille qui est le secteur ferroviaire. Donc nous pensons avoir une bonne compréhension de ces besoins et nous souhaitons apporter nos moyens matériels et humains pour pouvoir faire en sorte que tout le savoir qui est nécessaire pour faire des managers et gestionnaires de ce type de secteur soit simulé sur la période la plus courte possible.

Pourriez-vous nous donner idée du coût de cette formation pour les futurs étudiants ?

Nous n’avons pas encore commencé à y  réfléchir en détail. Il faut que nous étudions les aspects budgétaires de ce projet, chose que nous sommes en train de faire. Mais pour l’heure, nous sommes dans les phases préliminaires de cet accord. Donc nous ne sommes pas encore en mesure de communiquer sur l’aspect des coûts.         

Comment se positionne Bombardier par rapport à d’autres concurrents eu égard à cette formation ?    

Je pense qu’il y a de la place pour tout le monde. Nous ne sommes pas en compétition. Nous serons très heureux si, au terme de cette formation, nous plaçons des ingénieurs, des cadres et directeurs de projets chez Siemens ou Alstom. C’est vraiment quelque chose qui nous tient à cœur. Si d’autres industriels souhaitent faire la même chose, je pense que cela va apporter une émulation supplémentaire et cela va nous permettre de comparer nos pratiques et méthodologies et nous assurer que cela va dans le bénéfice de la formation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *