Université Internationale de Casablanca: Le tourisme au cœur du débat

Université Internationale de Casablanca: Le tourisme au cœur du débat

Les étudiants de la filière «Management hôtelier» avaient rendez-vous avec les professionnels du secteur afin de s’informer des grandes lignes de la Vision 2020. Le périple au monde professionnel du tourisme a été guidé par Othmane Cherif Alami, président-directeur général d’Atlas Voyages, Mohamed Baayou, directeur général de Ryad Mogador Hôtels, et Anass Rouissi, directeur général de Transatour.

Les trois représentants du secteur ont  décortiqué la feuille de route touristique du Maroc. Les hôteliers en herbe se sont donc projetés dans le futur,  notamment en termes d’offres, de gouvernance et de croissance. «Nous ne pouvons pas limiter le développement du tourisme à une seule entité ou un seul fonds d’investissement. Le tourisme est transverse et concerne toutes les activités socio-économiques du pays», déclare dans ce sens Othmane Cherif Alami lors d’une rencontre tenue jeudi 23 octobre au siège de l’UIC.

En s’adressant aux futurs managers hôteliers, M. Alami les a invités à étudier minutieusement les composantes  de la Vision 2020. «La Vision permettrait d’orienter une partie de la carrière de ces jeunes vers des axes de développement économique», indique-t-il tout en soulignant que le tourisme reste une véritable industrie de partage. De par son développement constant, l’industrie touristique a fait preuve d’une grande résilience.

Une importante mobilité s’exerce dans le secteur, d’où la nécessité de s’ouvrir sur de nouveaux horizons. De même, l’essor du secteur dépend de son capital humain. Dans son intervention, Mohamed Baayou appelle à plus d’harmonisation entre les acteurs de formation et professionnels. Le but étant de mettre en place un partenariat en vue de cerner au mieux les besoins des clients . Pour sa part ,Anass Rouissi a insisté à ce qu’il y ait une adéquation entre les profils formés et les besoins réels sur le terrain.

Selon M. Rouissi, le manque d’opérationnalité, le défaut de technicité, la mauvaise connaissance du marché et le manque d’autonomie  sont à bannir. Le préalable est d’appréhender le secteur d’activité, de mieux connaître le marché ainsi que de maîtriser les notions des ressources humaines. Le message des professionnels a sitôt  été assimilé.

L’Université Internationale de Casablanca a conclu en marge de la rencontre avec les trois intervenants des conventions portant sur  le partage d’expérience et l’accompagnement des  étudiants de la filière «Management hôtelier». Rappelons que l’UIC dispense une formation répondant aux hauts standards de l’enseignement supérieur hôtelier inspiré de «Glion» , Institut des hautes études en Suisse.

La formation en Management hôtelier est appuyée par des stages en entreprises qui permettent aux étudiants de se confronter aux réalités du terrain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *