Imane Hadouche: «Changer de métier n’est pas une nécessité, tant qu’un minimum de bien-être au travail est assuré»

Imane Hadouche: «Changer de métier n’est pas une nécessité, tant qu’un minimum de bien-être au travail est assuré»

Questions à Imane Hadouche, coach de vie

ALM : Le stress, les horaires interminables au bureau et le manque de reconnaissance poussent de plus en plus de personnes à changer de métier et d’opter pour des professions libérales. Est-ce un effet de mode ou une nécessité ?

Imane Hadouche  : Un effet de mode non, mais plutôt un nouveau mode de vie. Notre société a connu un important changement de paradigmes, et la vie n’est plus linéaire comme avant : le même parcours académique, la même carrière qui progresse grâce à l’ancienneté, le même partenaire de vie… Aujourd’hui, on est en perpétuel changement, on voit des réorientations de parcours académiques, des familles recomposées, des recyclages professionnels, de manière naturelle.

Cela dit, ce n’est pas une nécessité, tant qu’un minimum de bien-être au travail est assuré.

Est-ce une bonne décision ? Et comment être sûr de ne pas faire un mauvais choix ?

Ce n’est pas absolu puisque chaque situation est unique. Ce qui est certain, c’est qu’il faut mesurer les risques, et comparer les renoncements à faire aux avantages espérés.  Pour faire le bon choix, il n’y a pas de mal à consulter un professionnel de l’accompagnement et gestion de carrière, ou demander conseil à des proches avant de prendre sa décision. Il est nécessaire aussi de programmer un plan de survie, une sorte de filet de sécurité qui évite la précarité et les remords (quelques mois de salaire en épargne, un plan de formation, des ressources fixes supplémentaires…)

Justement comment éviter le risque d’être démotivé par son entourage ?

Les proches ont toujours de bonnes intentions derrière les avertissements lancés. C’est surtout «la peur» de nous voir échouer et souffrir de cet échec. Ce serait utile de prendre en considération les « peurs » de nos proches, ce sont d’excellents conseillers, en établissant un plan pour faire face à presque toutes les craintes (cela sachant que le zéro risque n’existe pas). Non seulement nos proches vont se sentir écoutés, mais rassurés et impliqués, et en bonus, ces plans sont réellement utiles pour bien préparer sa reconversion professionnelle.

Et comment faire pour réussir cette reconversion ?

Il n’y a pas de secret, il faut absolument s’informer et se former. Soit à travers des formations professionnelles, ou à travers un réseau de professionnels dans le même domaine qui joueront le rôle de mentors, ou encore en se mettant en situation réelle mais avec un autre professionnel confirmé du domaine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *