La Belgique veut recruter des informaticiens marocains

La Belgique veut recruter des informaticiens marocains

Dans un premier temps, le projet pilote concernera 30 informaticiens marocains qui seront sélectionnés sur place par l’Anapec.

Nos informaticiens sont de plus en plus sollicités à l’étranger. Dernièrement, l’Office flamand de la formation et de l’emploi (VDAB) a décidé de se tourner vers le Maroc pour embaucher des informaticiens. Cette décision fait suite à une pénurie importante de spécialistes en informatique sur le marché de l’emploi. A titre d’exemple, pour la fonction d’analyste développeur, il y avait 4.000 postes vacants en Flandre l’année dernière et seulement 900 candidats, signale le média allemand De Standaard.

Dans un premier temps, le projet pilote concernera 30 informaticiens marocains qui seront sélectionnés sur place par l’Anapec, précise De Standaard. Ceux-ci pourront bénéficier en retour de contrats d’emploi d’un an. Ensuite, l’option d’un contrat fixe leur sera offerte. Ces premiers candidats marocains devraient être employés d’ici six mois. Outre des mesures d’assouplissement qui seront opérées par le ministère du travail sur la migration économique, les employés marocains « recevront une aide pour trouver un logement qu’ils devront payer eux-mêmes et percevront un salaire conforme au marché», précise le site VRT NWS. Les travailleurs sélectionnés pourront ainsi décider s’ils veulent rester ou non en Belgique. A l’instar des autres migrants qui ont obtenu le titre de séjour, ils auront la possibilité de faire venir leur famille. Il est important de signaler que ce projet pilote repose sur une proposition du gouvernement flamand.  

Le ministre flamand de l’emploi Philippe Muyters a décidé de faciliter et d’assouplir les règles à la migration économique en Flandre. Rappelons que jeudi 27 décembre 2018, le ministre flamand de l’emploi avait présenté une liste de 20 métiers en pénurie de main-d’œuvre pour lesquels les entreprises disposeront dès le 1er janvier de facilités pour attirer les profils spécialisés de l’étranger. Parmi ces professions figurent celles d’infirmiers,  chef cuisinier, électricien, mécanicien, boucher, chauffeur de camion ou encore conducteur de grue.

Pour faciliter leur venue, les ressortissants étrangers disposant d’une formation supérieure pourront prétendre à un permis de travail de trois ans au lieu d’un. Ils pourront recevoir après quatre ans un accès à durée illimitée au marché du travail. Pour les travailleurs étrangers moyennement diplômés, la liste des métiers en pénurie donnera accès à des professions sans examen préalable du marché du travail. Elle sera révisée tous les deux ans par le VDAB, l’office flamand de la formation et de l’emploi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *