La recette pour ne jamais se laisser déstabiliser

La recette pour ne jamais se laisser déstabiliser

Les experts et coachs proposent certaines recettes pour ne pas tomber dans cet écueil et y laisser des plumes. Combien de manager qui souhaitent rabaisser un de leur salariés usent de cette méthode ? La déstabilisation frôle le harcèlement quand elle est faite régulièrement et sur une même personne. La victime ne devra pas se laisser faire et au contraire elle devra construire ses arguments et adopter une attitude de telle sorte à préserver sa personnalité, sa fierté et donc sa crédibilité. Le fameux blog de l’efficacité professionnelle en révèle les principales astuces. Edifiant à plus d’un titre.

Selon ses auteurs, «la première des choses à faire est de se taire et respirer». Il s’agira pour la personne concernée par cette déstabilisation de préserver son calme pour qu’il n’y ait pas un impact émotionnel. Le stress devra également être maitrisé. «Décider de respirer et le faire permet de calmer ce premier impact et de détourner notre attention, ou notre conscience, de ce moment réflexe de panique. La respiration ventrale est la plus efficace et la moins visible», conseillent les experts du blog. Placer le silence face à l’adversaire est également une posture à avoir de telle sorte à canaliser les énergies et à retravailler son argumentaire. Ce n’est que de cette manière que la tension est maîtrisée et le respect de la personne déstabilisée préservé. Les coachs du blog conseillent aussi aux personnes dans cette situation de garder leur axe corporel. En optant pour une respiration ventrale, l’équilibre corporel est forcément atteint. «La respiration aide à détendre le visage, lâcher les épaules, réaligner épaules et bassin, laisser son corps peser sur toute la plante de ses deux pieds», expliquent les experts.

La troisième attitude à avoir face à une déstabilisation selon toujours ces experts «est de rester ouvert». Il est certain qu’une décharge d’adrénaline ne permet pas de se concentrer pour se calmer et trouver les mots justes pour défendre ses positions. Le réflexe normal face à une telle situation est de s’empresser de répondre rapidement sans avoir vraiment entendu tous les éléments de la part de l’interlocuteur qui agresse verbalement. Les mots et le ton employés sont très importants. «La plus grande urgence n’est pas de se sauver, mais de bien écouter pour bien comprendre», expliquent les experts de la question.

Dans une autre optique, renoncer aux jugements est primordial pour se préserver et surtout réagir intelligemment et efficacement. En clair, il serait inapproprié de juger la personne et de la cataloguer avant de lui répondre. Enfin, il faut garder son objectif en tête. C’est le plus important. «Si l’interlocuteur cherche volontairement à nous déstabiliser pour prendre le contrôle, il est urgent de nous rappeler notre objectif aussi!», conseillent les experts du blog.

Moralité dans n’importe quelle situation, il s’agit de garder la tête froide pour très vite évaluer la situation et trouver des réponses. «Quoi qu’il arrive, avant tout, taisez-vous et respirez!», concluent les coachs du blog.

Conseils pratiques

Formation : communiquer avec aisance en situation difficile.
C’est le stage que propose le leader mondial de la formation professionnelle et continue, Beyond Knowledge. Les enjeux sont clairs quand on sait justement que c’est dans les situations difficiles que les mots manquent. Les experts recommandent, en effet, une prise de recul pour que la situation ne s’envenime pas davantage. Trouver les mots justes, choisir les tournures de telle sorte à tirer avantage d’une situation difficile s’enseigne également. Il s’agit en effet de favoriser le dialogue pour trouver des solutions. Le célèbre cabinet ne laisse rien au hasard pour ceux qui ont opté pour une telle formation.
Le programme décortique les aspects liés à cette problématique.

1/ Faire face aux situations où la parole est difficile
• Identifier et analyser vos situations difficiles.
• Visualiser et élargir vos marges de manœuvre.
• Trouver des options pour rétablir la coopération.

2/ Les pouvoirs du langage, le langage du pouvoir
•  Comprendre ce que les mots disent et ne disent pas.
• S’entraîner au langage proactif.
• Choisir la bonne technique de reformulation.

3/ Adopter les comportements efficaces
• Repérer vos différents registres de communicant.
• Formuler une demande.
• Dire NON.
• Faire une critique et la recevoir.
• Déjouer les jeux psychologiques et démasquer les joueurs dans une relation
  constructive.
• S’affirmer sans agressivité.

4/ Activité(s) à distance
• Pour mettre en application les bonnes pratiques et les acquis d’une formation : un module e-learning «S’adapter à l’autre pour mieux communiquer».
• Pour découvrir un sujet en lien avec votre formation : un module e-learning «Bâtir une stratégie de communication interpersonnelle».

 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *