mai 30, 2017

Le chômage avance dans les villes

Le chômage avance dans les villes

Les indicateurs du marché du travail publiés par le HCP estiment un taux en milieu urbain à plus de 15%

Le taux d’emploi a reculé de 0,3 point au niveau national, passant de 42,7 à 42,4%. Ce taux a baissé en milieu urbain de 36,9 à 36,3% (-0,6 point) et a augmenté en milieu rural de 52,3 à 52,7% (+0,4 point).

Le chômage est reparti à la hausse durant les trois premiers mois de l’année en cours. C’est ce qui ressort en tout cas des principaux indicateurs du marché du travail au premier trimestre 2017 publiés par le Haut-Commissariat au Plan (HCP). En effet, les chiffres dévoilés font état de l’augmentation du nombre des chômeurs de 63.000 personnes. Selon la même source, les villes ont été les plus touchées puisque tous les cas de chômage recensés l’ont été exclusivement en milieu urbain. Ainsi, l’effectif total des chômeurs est passé à 1.296.000 alors que le taux de chômage a grimpé de 10,4 à 10,7% au niveau national et de 15,0 à 15,7% en milieu urbain. «En milieu rural, ce taux a baissé de 4,2 à 4,1%. Le chômage reste élevé parmi les femmes, passant de 13,8% à 14,7%, parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans de 24,9 à 25,5% et parmi les diplômés de 18,2 à 18,5%. La population sous-employée s’est établie à 1.057.000 personnes.

Le taux de sous-emploi s’est accru de 0,1 point, par rapport au premier trimestre de 2016, passant ainsi de 9,7 à 9,8% au niveau national ; de 9,3 à 9,4% en milieu urbain et de 10,1 à 10,3% en milieu rural», a annoncé le HCP. Concernant le nombre des emplois créés, le Haut-Commissariat affirme qu’entre le premier trimestre de 2016 et la même période de 2017, 109.000 postes d’emploi ont été créés par l’économie marocaine (62.000 en milieu urbain et 47.000 en milieu rural), contre une perte de 13.000 une année auparavant. «Le secteur des «services» a, ainsi, créé 45.000 emplois, celui de l’«agriculture, forêt et pêche» 28.000, le BTP 20.000 et l’«industrie y compris l’artisanat» 16.000», a ajouté la même source. En dépit de ces résultats, le nombre des emplois créés reste encore insuffisant. C’est d’autant plus vrai qu’avec 12.062.000 personnes, la population active âgée de 15 ans et plus a augmenté, entre les premiers trimestres de 2016 et 2017, de 1,4% au niveau national (1,8% en milieu urbain et 0,9% en milieu rural). La population en âge d’activité s’est accrue, quant à elle, de 1,7%.

Le taux d’activité continue ainsi sa tendance à la baisse passant, entre les deux périodes, de 47,6 à 47,5%. Quant au volume de l’emploi, les responsables du HCP expliquent qu’il est passé de 10.657.000 à 10.766.000 personnes. De son côté, le taux d’emploi a, quant à lui, reculé de 0,3 point au niveau national, passant de 42,7 à 42,4%. Ce taux a baissé en milieu urbain de 36,9 à 36,3% (-0,6 point) et a augmenté en milieu rural de 52,3 à 52,7% (+0,4 point). Par ailleurs, le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a augmenté entre les premiers trimestres de 2016 et 2017, de 1.034.000 à 1.057.000 personnes au niveau national, de 539.000 à 550.000 personnes dans les villes et de 495.000 à 507.000 dans la campagne. Le taux de sous-emploi est ainsi passé de 9,7 à 9,8% au niveau national, de 9,3 à 9,4% en milieu urbain et de 10,1 à 10,3% en milieu rural.

Emploi : Les promesses du gouvernement

Le gouvernement de Saâd Eddine El Othmani s’est engagé au moment de son investiture à ramener le taux de chômage à la fin de son mandat à 8%. L’Exécutif veut ainsi réduite l’actuel taux qui dépasse les 10% à plus de deux points avant la fin du quinquennat.

Pour ce faire, la nouvelle équipe gouvernementale compte sur la mise en œuvre de la Stratégie de l’emploi à l’horizon 2025. Les responsables comptent ainsi lier cette stratégie aux différentes stratégies sectorielles existantes. Il s’agit également pour le gouvernement d’activer la Commission ministérielle en charge du suivi de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de l’emploi (2015-2025). Il sera également question de procéder à une évaluation globale des programmes de promotion de l’emploi. Par ailleurs, l’Exécutif promet la révision du fonctionnement de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (Anapec) et les établissements de médiation relevant du secteur privé.

Une évaluation de l’action de l’Agence nationale des petites et moyennes entreprises (ANPME) est également prévue.

Chômage : Les jeunes plus touchés

Les statistiques publiées par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) démontrent que le chômage touche essentiellement les jeunes. Les indicateurs relatifs à l’emploi concernant les trois premiers mois de l’année en cours sont édifiants. «Les taux de chômage les plus élevés sont enregistrés parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans (25,5%) et les adultes âgés de 25 à 34 ans (16,6%)», indique la note du Haut Commissariat.

Selon le sexe, le taux de sous-emploi atteint 11,1% parmi les hommes (9,4% en milieu urbain contre 13,5% en milieu rural) et 5,7% parmi les femmes (9,8% en milieu urbain contre 2,8% en milieu rural). Il faut préciser enfin que les indicateurs du HCP comprennent également les emplois non rémunérés.

En effet, les postes d’emploi rémunérés ont atteint le nombre de 86.000 (57.000 en milieu urbain et 29.000 en milieu rural) alors que les postes d’emploi non rémunérés sont estimés à 23.000 (18.000 en zones rurales et 5.000 en zones urbaines).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *