Le silver coaching : Le coaching des seniors

Le silver coaching : Le coaching des seniors

A 50 ans tout est possible, et dans le même temps, ces «actifs en pleine maturité» confient leurs doutes, leur résignation ou leur frustration face à un marché de l’emploi qui semble les ignorer, des employeurs qui n’investissent plus sur eux, ou pour qui ils sont devenus une charge lourde dans la masse salariale.

Par Mouna Sqalli (*)

Sympathiques, dynamiques, parce que capables et expérimentés. Nous les apprécions. Nous avons besoin d’eux. Nous travaillons avec eux. Ce sont nos collègues de travail. Nul n’ignore les seniors. Il s’agit d’un groupe très large de personnes avec des situations, des envies, des besoins, des attentes. Il y a également des différences de comportements entre deux personnes de 50 ans. Il arrive un moment où l’on est face à un questionnement fondamental, où l’on ne voit plus clair, où les perspectives d’avenir sont opaques, où l’estime de soi disparaît, où l’on n’arrive plus à rebondir, où l’on se sent perdu.

A 50 ans tout est possible, et dans le même temps, ces «actifs en pleine maturité» confient leurs doutes, leur résignation ou leur frustration face à un marché de l’emploi qui semble les ignorer, des employeurs qui n’investissent plus sur eux, ou pour qui ils sont devenus une charge lourde dans la masse salariale. L’approche de l’âge légal à la départ en retraite est perçue comme fatidique, synonyme de perte. Cependant, l’expertise et la sérénité ouvrent de nouvelles voies; c’est moins l’âge que le parcours professionnel, et personnel, antérieur qui joue comme facteur de différenciation.

Avec le silver coaching, c’est l’occasion de s’offrir un espace de réflexion sur son parcours professionnel et personnel, pour la construction de nouveaux projets. C’est souvent un événement extérieur qui pousse à sauter le pas.

Le silver coaching permet d’accompagner ces personnes dans des transitions fondamentales et parfois douloureuses, avec fluidité et efficacité. Car ce coaching dit de transition est déterminant pour être proactif.

Si le senior pense «que peut on peut encore faire de moi» ? Il faut qu’il apprenne à connaître «ce que peut lui apporter à l’entreprise». En clair, il s’agit de changer de posture.

Pour s’assurer une belle fin de carrière, mieux vaut avoir un bon CV et un solide réseau au moment de passer le cap des 45 ans. La position qu’on occupe alors est déterminante pour la suite, que l’on poursuive comme salarié ou qu’on se lance dans l’entrepreneuriat.

Il est entendu que le silver coaching est une opportunité pour un changement de carrière positif pour les plus de 50 ans et requiert une vaste gamme d’ajustements. Car la réorientation professionnelle chez les plus de 50 ans demande plusieurs types d’adaptation. Déjà, il s’agit de se connaître pour réaliser à quel point chacun est bon dans sa carrière. Car l’expérience peut être un grand atout face à des collègues moins expérimentés. Ensuite, il s’agit de s’écouter pour identifier ses besoins pour être heureux. Cette information est très importante pour décider du choix de carrière. Prendre le temps de réfléchir et déterminer dès maintenant ce que vous voulez faire de vos années à venir. La quête de soi continue car il s’agit aussi de s’adapter pour continuer à vivre une vie gratifiante. Il est essentiel de se mettre à jour en maximisant le développement de ses connaissances et compétences.

La personne devra exceller dans son métier et accepter d’évoluer grâce à des formations ou à des stages professionnels donne de l’assurance et de la compétence. Affronter ses peurs fait partie de l’exercice. Il est clair que tout changement engendre du stress et de l’angoisse. Il faudra que la personne puisse parler des bouleversements, auxquels elle fait face par rapport à son conjoint, ses enfants, ses amis, ses proches et collègues. Elle devra aussi apprendre à solliciter leur aide et leur soutien. Et dans la démarche, rester réaliste est indispensable. Car la personne continue à faire équipe avec les plus jeunes. Cette étape détermine l’échange positif de compétences.

L’utilisation de son réseau permet de se référer à ses amis, collègues, proches et connaissances pour leur demander conseil et soutien pour planifier sa carrière post-50 ans. Car la force de la personne concernée est dans sa flexibilité à apprendre à s’adapter et à changer. Les années suivant la cinquantaine peuvent être les plus appréciables ou gratifiantes si on adopte la bonne attitude. Mais il ne faudra mener que les batailles que l’on peut gagner et oublier le reste pour consacrer son temps aux choses qui comptent le plus. Faire en sorte que le monde devienne encore plus brillant pour découvrir à quel point vous êtes devenu précieux grâce aux vies qui vous ont entouré ; telle sera la philosophie.

(*)  Coach certifiée en coaching de managers, experte en leadership, DG de Coach2win

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *