L’entretien d’évaluation décrypté par ReKrute.com

L’entretien d’évaluation décrypté par ReKrute.com

Le premier site sur l’emploi vient de publier les résultats de sa 6ème enquête qui porte sur les entretiens annuels d’évaluation. Ciblant non seulement les salariés mais aussi les dirigeants, les équipes de ReKrute.com ont pu interroger 2031 personnes.

1513 sont dans la vie active ; 974 d’entre elles sont salariées et 540 managers. D’entrée, il ressort de l’enquête que «l’entretien d’évaluation a lieu une fois par an pour 49% des salariés qui sont sujets à ces entretiens et pour 52% des managers». 34% des salariés déclarent à ce sujet qu’«il n’a pas de règle précise pour l’organisation des entretiens d’évaluation». 23% des managers déclarent, de leur côté, qu’«ils organisent même plusieurs entretiens par année».

Interrogés sur le critère de la fréquence de l’organisation de l’entretien d’évaluation annuel, 76% des salariés évalués plus d’une fois par an ont exprimé leur satisfaction. Il reste que plus d’un tiers des salariés qui ont déclaré «ne pas avoir de règle précise pour les entretiens d’évaluation», estime que la fréquence des entretiens annuels d’évaluation n’est pas suffisante.

Dans la même logique, les managers qui ont l’habitude d’organiser des entretiens d’évaluation plus d’une fois par an  affichent leur satisfaction à hauteur de 78%. 43% des managers qui ont déclaré «ne pas avoir des règles précises sur les entretiens d’évaluation» trouvent par ailleurs que la fréquence n’est pas suffisante. Pour ce qui est de la durée moyenne des entretiens individuels, la majorité des répondants des salariés (46%) déclare «que la durée des entretiens d’évaluation varie entre 15 et 30 minutes. 42% des managers dépassent cette durée”. Il est clair que si l’entretien individuel est instauré en entreprise, il dure plus que 15 minutes. Les résultats de l’enquête de ReKrute.com, à ce sujet, le confirment.
Les analystes ont poussé l’investigation vers les attentes des salariés et des managers.

Cette partie converge globalement du côté des salariés sur la connaissance du jugement porté sur le salarié par sa hiérarchie, sur la renégociation du salaire et des avantages y afférents et enfin sur les éventuels freins au quotidien au travail. Dans la même optique, les managers qui pratiquent cette technique d’évaluation ont émis parmi les principales attentes, justement cette gêne au travail qui peut freiner l’élan de ses collaborateurs. Ce résultat issu de l’enquête démontre finalement l’engagement des chefs d’entreprise interrogés à donner les moyens à leurs salariés pour améliorer leurs conditions de travail. La rentabilité de l’entreprise en dépend.

Cette même catégorie de managers a également affirmé que l’entretien individuel permet en grande partie de connaître le jugement que portent les salariés sur eux. Cela dit, il reste que compte tenu de la hiérarchie, le salarié en condition d’entretien n’est pas forcément dans une posture à livrer le fond de sa pensée. Les attentes des managers à ce niveau risquent de n’être satisfaites qu’à moitié quel que soit la fréquence des entretiens individuels avec les salariés de l’entreprise. La renégociation du salaire représentant aussi une des principales attentes des managers qui se sont prêtés au jeu du questionnaire… Ce résultat mérite aussi d’être confronté avec la réalité.
Les managers n’étant pas forcément disposés justement à discuter une telle question avec leurs salariés…      

Bref, l’entretien d’évaluation semble représenter encore une expérience mitigée. L’enquête fait en effet ressortir un écart entre les deux visions (salariés et manager). «Le manager pense que les 3 quarts sortent plus motivés alors que seulement la moitié des salariés le ressent ainsi et pour un tiers, cela ne change rien à leur situation professionnelle». Toujours est-il que 41% des salariés estiment que «l’entretien d’évaluation est une expérience positive». Une chose demeure emblématique dans la perception de l’entretien d’évaluation. Selon 37%, en effet, des salariés interrogés, «le principal point d’amélioration sur lequel les managers doivent travailler est la capacité à motiver leurs collaborateurs». Les enjeux de tels entretiens annuels sont clairs du côté des managers. Il s’agit en effet de mixer toutes les attentes des salariés et de les hiérarchiser pour les confronter avec les objectifs assignés dans le plan d’actions de l’entreprise, ses moyens et sa culture.

Ce n’est que de cette manière que les managers pourront lisser les écarts, profiter de certaines compétences, se défaire d’autres qui ne peuvent pas contribuer à l’atteinte des objectifs…
La lecture des entretiens d’évaluation devra donc être effectuée sous plusieurs angles. La remise en question du salarié est inévitable si l’entretien d’évaluation est effectué sous de bonnes conditions. Un bon manager devra se mettre en question aussi.

C’est une question d’humilité. Les personnes les plus humbles sont celles qui ont marqué l’histoire de l’univers ! 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *