août 15, 2018

 

Les chiffres du HCP à fin juin 2018 : 117.000 emplois sur les 12 derniers mois

Les chiffres du HCP à fin juin 2018 : 117.000 emplois sur les 12 derniers mois

Bien que la population active occupée soit en augmentation, le taux d’emploi a diminué de 42,9 à 42,8%.

L’économie marocaine a créé 117.000 postes d’emploi, 75.000 en milieu urbain et 42.000 en milieu rural, contre 74.000 une année auparavant entre le deuxième trimestre de l’année 2017 et la même période de 2018.

C’est ce que souligne le HCP dans sa dernière note d’information sur les indicateurs du chômage au second trimestre 2018. Globalement la situation du marché du travail a été marquée par une poursuite de la baisse des taux d’activité et d’emploi sur cette période. La population en âge d’activité, à savoir celle âgée de 15 ans et plus, a augmenté comparé au 2ème trimestre de 2017. Selon le HCP, le taux d’activité s’est replié de 47,3 à 47% entre les deux périodes. Il a diminué de 42,3 à 41,6% en milieu urbain. En revanche, il est en hausse de 56 à 56,7% en milieu rural. Par genre, les taux d’activité sont respectivement de 71% chez les hommes et 23,9% chez les femmes. Par type d’emploi, 141.000 postes rémunérés ont été créés dont 76.000 en milieu urbain et 65.000 en milieu rural. Pour sa part, l’emploi non rémunéré constitue environ 98% d’aides familiales. Ce dernier a par ailleurs fléchi de 24.000 postes (23.000 en zones rurale et 1.000 en zone urbaine).

Bien que la population active occupée soit en augmentation, le HCP fait remarquer que le taux d’emploi a diminué de 42,9 à 42,8%. «Il a baissé de 0,5 point en milieu urbain et a augmenté de 0,8 point en milieu rural. Entre hommes et femmes, l’écart des taux d’emploi est de 45 points (respectivement 65,3 et 21%)», précise la note.

21.000 chômeurs en moins !

Au niveau national le taux de chômage est passé de 9,3 à 9,1% (de 14 à 13,7% en milieu urbain et de 3,2 à 3% en milieu rural). En effet, le nombre de chômeurs est passé de 1.124.000 à 1.103.000 personnes entre le 2ème trimestre de 2017 et la même période de 2018 enregistrant une baisse de 21.000 personnes (13.000 en milieu urbain et 8.000 en milieu rural).

Dans son document, le HCP a relevé les baisses les plus importantes du taux de chômage parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans. Quant aux hausses les plus importantes, elles ont été relevées parmi les adultes âgés de 25 à 34 ans et les jeunes citadins âgés de 15 à 24 ans. Plus alarmant, les taux de chômage les plus accentués sont observés «parmi les femmes (11,1% contre 8% parmi les hommes), les jeunes âgés de 15 à 24 ans (23,1% contre 6,8% parmi les personnes âgées de 25 ans et plus) et les détenteurs d’un diplôme (16,5% contre 2,9% parmi les personnes n’ayant aucun diplôme)», indique le HCP. De son côté, la population sous-employée s’est établie à 1.064.000 personnes. Le taux de sous-emploi a baissé par rapport au deuxième trimestre de 2017, passant ainsi de 9,9 à 9,6% au niveau national, soit de 9,1 à 8,7% en milieu urbain et de 10,8 à 10,6% en milieu rural.

Création d’emploi : Tous les secteurs ont mis la main à la pâte !

Le secteur des services a créé 53.000 postes cette année (45.000 en milieu urbain et 8.000 en milieu rural). Il en ressort que ces emplois relèvent des branches de «commerce de détail hors magasin» (27.000 postes) et des «services personnels et domestiques» (14.000 postes). Pour sa part, le secteur de l’agriculture, forêt et pêche a contribué à la création de 24.000 emplois (3.000 en milieu urbain et 21.000 en milieu rural). Entre le 2ème trimestre de 2017 et la même période de 2018, le secteur du BTP a créé 19.000 postes au niveau national, soit 11.000 en milieu urbain et 8.000 en milieu rural. Quant au secteur de l’industrie y compris l’artisanat, il a créé 21.000 emplois (16.000 en milieu urbain et 5.000 en milieu rural).

Plus de 74% des chômeurs concentrés dans 5 régions

Cinq régions abritent 74,1% des chômeurs. Casablanca-Settat arrive en tête avec 24%, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (16,3%), Fès-Meknès (11,5%), Marrakech-Safi (11,3%) et l’Oriental (11,2%). Le HCP relève que les taux de chômage les plus élevés sont enregistrés dans les régions de Laayoune-Sakia El Hamra (19%) et de l’Oriental (15,4%).

Création d’emploi : Changer le paradigme

Depuis le début de l’année 2018, l’économie tourne avec un rythme moyen de création d’emploi de l’ordre de 110.000 sur douze mois. Entre fin juin 2017 et fin juin 2018, ce sont 117.000 emplois qui ont été créés en net. Entre fin mars 2017 et fin mars 2018, on était quasiment au même niveau avec 116.000 emplois. Certes, le rythme est nettement plus élevé que ce qui se faisait il y a un an.

En 2017, l’économie créait en moyenne 75.000 emplois sur douze mois. Mais 120.000, 130.000 ou même 150.000 emplois sont toujours en deçà du niveau de la demande. Le Maroc doit créer entre 250.000 et 300.000 emplois chaque année de manière durable pour résorber le chômage des jeunes diplômés. Mais ce n’est pas tout. La création d’emplois n’est pas seulement une nécessité sociale. Les emplois, on l’oublie souvent, sont générateurs de revenus et donc de consommation.

Et qui dit consommation dit demande pour les services et produits qu’ils soient de grande consommation ou d’équipement. La création d’emplois est donc un levier de création de richesses pour les agents économiques qu’ils soient publics ou privés. L’emploi n’est pas un cadeau ou une faveur «sociale» qu’on accorde aux jeunes mais bel et bien une nécessité vitale pour les entreprises elles-mêmes. C’est là le paradigme qu’il faudra absolument changer…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *