Les vertus de l’échec, de Charles Pépin

Les vertus de l’échec, de Charles Pépin

«Et si nous changions de regard sur l’échec?». C’est  la problématique qu’a décidé de traiter le philosophe Charles Pépin. Echouer est en effet mal perçu. En France ou ailleurs, l’échec est synonyme de faiblesse, de faute… 

En France, échouer est mal perçu. Car c’est un signe de faiblesse, de faute…  Cela dit, les succès arrivent rarement sans anicroche. Les exemples sont nombreux. L’auteur citera Charles de Gaulle, Rafael Nadal, Steve Jobs, Thomas Edison, J.K. Rowling ou Barbara car ils ont tous accusé des coups avant de se relever et d’atteindre les objectifs assignés. 

Les critiques sont unanimes à dire que «cet essai nous apprend à réussir nos échecs». Au fil de la lecture, le philosophe explique comment chaque épreuve, qui finalement confronte l’individu au réel ou à notre désir profond, rend beaucoup plus lucide et plus combatif. Bref, l’ouvrage est assimilé à un traité de sagesse qui entend mettre les individus sur la voie de la réussite. Agrégé en philosophie, Charles Pépin est diplômé de Sciences Po Paris et d’HEC Paris. Il enseigne la philosophie à la Maison d’éducation de la Légion d’honneur (Saint Denis) et à l’Institut d’études politiques de Paris. Auteur d’une dizaine de livres traduits dans une vingtaine de pays, il a également associé son talent et son savoir à Jul, l’auteur des bandes dessinées best-sellers autour de la philosophie et des philosophes «La Planète des sages» (200.000 exemplaires) et «Platon La Gaffe» (100.000 exemplaires). Il est consultant pour HEC Executive Education. Son roman «La Joie» est sorti en février 2015. L’auteur fait honneur, quelque part, à Albert Camus, car il s’est inspiré du célèbre récit du Prix Nobel de littérature «L’Étranger».

Allary Edition (22/09/2016)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *