Livre: L’homme positif de Thierry Marx

Livre: L’homme positif de Thierry Marx

L’auteur envisage une autre forme de management basée sur des valeurs sûres, résolument humaines, comme celles que prônaient jadis les Compagnons du Devoir qui l’ont formé. Manager par la motivation, telle est la démarche que prône l’auteur. Car ce n’est qu’à travers la motivation que les salariés s’investissent réellement.

Concernant la distribution des tâches, Thierry Marx nous explique là encore qu’il faut répondre aux questions : quoi faire, quand le faire, où le faire et qui doit le faire. La solidarité représente également la base du management de l’entreprise. Pour lui, une équipe est une chaîne. «Aucun maillon ne peut faire bande à part». L’auteur est catégorique. 

D’un autre côté, l’espoir est considéré également comme un ingrédient du management d’entreprise. Convaincre les débutants que la réussite n’est pas réservée aux élites, tel est le message adressé à ses lecteurs. «Avant de rêver de construire des cathédrales, il faut se construire soi-même», explique Thierry Marx. Bref, l’ouvrage se veut édifiant, utile et tonique, loin des idées reçues du défaitisme ambiant.

Né en 1959, Thierry Marx a grandi dans le quartier de Ménilmontant dans la cité HLM, dite du « 140 Ménilmontant ». Son grand-père, Marcel Marx, était un réfugié juif polonais, communiste durant la Seconde Guerre mondiale. Il entre chez les Compagnons du Devoir en 1978 et y obtient le CAP pâtissier, chocolatier et glacier. Mais à 18 ans, Thierry Marx s’engage dans l’armée comme parachutiste dans l’infanterie de marine.

Il se retrouve Casque bleu en 1980 durant la Guerre du Liban avant de rejoindre les Phalanges libanaises. De retour en France, il devient vigile, puis transporteur de fonds, manutentionnaire avant de se remettre à la cuisine. Remarqué dans sa brigade, il se retrouve Chef cuisinier du Regency Hôtel de Sydney…. Dans les années 1980, il est à la tête des cuisines du luxueux Hôtel**** Le Cheval Blanc de Nîmes, situé face aux Arènes. Tenu par Régine, cet hôtel est le symbole du faste de ces années-là, et reçoit le Tout-Paris mondain de l’époque.
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *