octobre 16, 2017

Marché de l’emploi : Les hommes dominent le secteur informel

Le marché de l’emploi est dans une mauvaise passe, laisse penser une note publiée récemment par le Haut Commissariat au Plan. Selon ce document en effet, non seulement le marché du travail a régressé en quantité, mais encore il a fléchi en qualité. Au chapitre de la quantité, 105.000 postes d’emploi ont été créés au cours de l’année 2011 contre une moyenne annuelle de 156.000 au cours de la décennie 2000-2010. Mais plus que cette perte sèche de 55.000 postes – soit un tiers du total décennal environ- c’est la structure de cet emploi additionnel qui interpelle. Ce ne sont pas en effet les secteurs producteurs de biens matériels comme l’industrie et l’agriculture qui sont les plus grands employeurs, mais les services. Et même à ce niveau, ce sont les activités à faible valeur ajoutée telles que les commerces de détail et le transport au rabais qui dominent. En clair, note le HCP dans la foulée du constat qu’il fait de la prépondérance de l’emploi dans les villes sur celui observé dans les campagnes, l’occupation de l’espace public par les «ferracha», et la prolifération du transport sauvage ont encore de beaux jours devant eux. Mais même si on considère cette tendance comme une soupape, la situation sur le marché de l’emploi suscite de l’appréhension. En particulier devant le constat que la plupart des nouveaux postes reviennent aux hommes et que toutes catégories d’activités confondues, les femmes n’ont que la portion congrue des chances de travail nouvellement créées. Le document du HCP note en effet que dans un contexte d’augmentation de la population active de 0,8%, soit 96.000 actifs de plus, la situation de l’emploi a été caractérisée au cours de l’année 2011 par une régression dans des secteurs aussi productifs que l’industrie (-31.000 postes), auparavant caractérisé par une création moyenne annuelle de 12.000 et dans le secteur de l’agriculture, de la forêt et de la pêche qui a perdu 9.000 postes alors qu’il en créait 13.000 en moyenne. Le secteur du BTP a pour sa part offert 30.000 postes d’emploi, ce qui néanmoins reste en deçà de sa moyenne de 50.000 postes constatée sur la décennie 2000-2010. En fait, ce sont les services qui ont remporté la palme de la création de l’emploi à l’issue de l’année dernière. C’est ainsi que 114.000 postes ont été créés dans des secteurs qualifiés par la note d’activités informelles et précaires. Ainsi 40.000 postes ont été pourvus dans les branches du commerce de détail et réparation d’articles domestiques dont 35.000 dans le commerce hors-magasin et 44.000 dans le transport terrestre. En outre, indique le HCP, ces emplois sont concentrés en zones urbaines où ils ont profité exclusivement aux actifs masculins. «C’est dans ce contexte de l’évolution du marché du travail que doit se lire la baisse du nombre de chômeurs de 9.000 et le léger recul du taux de chômage global de 0,2 point. Par milieu de résidence, ce taux s’est stabilisé en milieu rural et a reculé de 0,3 point en milieu urbain. Ce recul en zones urbaines a principalement profité aux hommes (-0,8 point) et aux sans-diplômes (-1,1 point). En revanche, le taux de chômage dans ces mêmes zones urbaines a notablement augmenté parmi les femmes (+1,4 point), les diplômés de niveau supérieur (+1,5 point) et les jeunes âgés de 15 à 24 ans (+0,9 point)».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *