Marché du travail : Léger recul du taux de chômage au 1er trimestre

Marché du travail : Léger recul du taux de chômage au 1er trimestre

La population active au chômage s’est établie à 1.211.000 contre 1.272.000 enregistré à la même période de l’année dernière.

Le taux de chômage est passé de 10,5 à 10% au niveau national entre le 1er trimestre 2018 et la même période de 2019, selon la dernière note du HCP sur la situation du marché du travail. Il en ressort une baisse de 4,8% du volume global du chômage. La population active au chômage s’est donc établie à 1.211.000 contre 1.272.000 enregistré à la même période de l’année dernière. Les baisses les plus significatives ont été relevées parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans avec 24,1% (contre 25% relevés une année auparavant).

En même temps, le HCP indique que le taux de chômage a également reculé parmi les personnes disposant d’un diplôme avec 17,1% comparativement à 18,3% l’année dernière. Par ailleurs, les femmes, les jeunes (âgés de 15 à 24 ans) et les détenteurs d’un diplôme sont les plus touchés par le chômage. Le taux de chômage a atteint 14,7% parmi les femmes (contre 8,5% parmi les hommes). Concernant le taux de chômage chez les jeunes âgés entre 15 à 24 ans, il a atteint 24,1%, soit presque trois fois plus que les jeunes âgés de plus de 25 ans (7,8%). Les détenteurs de diplômes ne sont pas mieux lotis avec un taux de chômage de 17,1% contre 3,7% pour les personnes n’ayant aucun diplôme.

6 chômeurs sur 10 recherchent un premier emploi

Pour un premier emploi, près de 6 chômeurs sur 10 ne trouvent pas encore d’emploi. Ainsi, ils sont 51,1% parmi les hommes et 71,4% parmi les femmes. Dans ce sens, plus des deux tiers des chômeurs (soit 68,3%) le sont depuis une année ou plus (63,1% parmi les hommes et 77,3% parmi les femmes), relève le Haut-Commissariat au Plan. De plus, 22,8% des chômeurs se sont retrouvés au chômage de longue durée suite à des licenciements (17,2%) ou l’arrêt de l’activité de l’établissement employeur (5,6%).

«Par ailleurs, 6,7% des chômeurs, totalisant 81.000 personnes au premier trimestre de 2019, sont découragés par la recherche active d’un emploi, contre 7,1% une année auparavant. Ils sont 84% citadins, 52% masculins, 45% jeunes âgés de 15 à 29 ans et 80% diplômés», attestent les statistiques du HCP. Entre le premier trimestre de 2018 et la même période de 2019, le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a diminué. Il est passé de 1.090.000 à 1.048.000 personnes au niveau national. Par conséquent, le taux de sous-emploi est passé de 10 à 9,6% au niveau national, de 9,4 à 9% en milieu urbain et de 10,7 à 10,4% en milieu rural. Par genre, la population active occupée sous-employée est à environ 88% masculine, 48,5% rurale, 41% jeune n’ayant pas encore atteint l’âge de 30 ans et 46,8% diplômée. Dans le même sens, 14,4% de ces derniers détiennent un diplôme de niveau supérieur.

Evolution du taux de chômage entre les premiers trimestres de 2018 et 2019 parmi certaines catégories de la population (en %)

Quatre régions concentrent un taux d’activité plus élevé que la moyenne

Au niveau régional, le HCP dévoile que cinq régions abritent 72,2% de l’ensemble des actifs âgés de 15 ans et plus. Ainsi, la région de Casablanca-Settat arrive à la première place (22,6% d’actifs), suivie de la région de Rabat-Salé-Kénitra avec 13,7% d’actifs de plus de 15 ans.

En troisième position arrive la région de Marrakech-Safi (13,2%) puis Fès-Meknès (11,7%) et enfin Tanger-Tétouan-Al Hoceima (11%). En termes d’activités, elles sont quatre régions à afficher des taux d’activité supérieurs à la moyenne nationale (46,2%).

Il s’agit de Dakhla-Oued Eddahab (67,7%), Casablanca-Settat (49,4%), Marrakech-Safi (47,9%) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (46,6%). Par ailleurs, les taux les plus bas sont enregistrés dans les régions de Laâyoune-Sakia El Hamra (42,1%) et du Souss-Massa (43,3%). En outre, 71,5% des chômeurs sont concentrés dans cinq régions, soit près des ¾ des chômeurs. Dans le détail, la région Casablanca-Settat enregistre 22,8% de chômeurs se plaçant ainsi en première position, suivie de Rabat-Salé-Kénitra avec 16,8%. La région Fès-Meknès se positionne troisième (11,7%), suivie de l’Oriental (11%) et enfin la région Marrakech-Safi (9,2%). De plus, les taux de chômage les plus élevés sont relevés dans les régions de Guelmim-Oued Noun (20,8%) et de l’Oriental (16,3%).

Par contre, les régions de Drâa-Tafilalet et de Béni Mellal- Khénifra comptent les taux les plus bas avec respectivement 5,6 et 5,9%.

144.000 nouveaux emplois dans les services

15.000 postes d’emplois nets seulement ont été créés par l’économie marocaine entre le premier trimestre 2018 et la même période de 2019 contre 116.000 enregistrés l’année précédente, selon la dernière note d’information sur la situation du marché du travail du Haut-Commissariat au Plan.

Le secteur des services s’en sort avec un total de 144.000 postes créées sur cette période principalement par les branches du commerce de détail (63.000), de restauration et hôtellerie (27.000) et des services personnels et domestiques (23.000).

Pour leur part, le BTP et l’industrie (y compris l’artisanat) ont enregistré respectivement 19.000 et 4.000 nouveaux emplois. Dans ce sens, le secteur du BTP a connu une hausse en termes de création d’emploi avec plus de 21.000 en milieu urbain. Ce qui correspond à une hausse globale de 1,7% du volume d’emploi dans ce secteur.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *