Marque employeur : L’agence WAT se renforce à travers My RH Community

Marque employeur : L’agence WAT se renforce à travers My RH Community

L’agence WAT vient d’annoncer sa prise de participation majoritaire dans le capital de My RH Community, agence 100% social média.

Cette dernière entité est spécialisée dans la e-réputation Corporate et RH et compte près de 40 experts. Pour rappel WAT est le premier groupe de communication corporate et RH. Il est représenté dans plusieurs villes de France (Paris, Strasbourg, Lyon, Lille, Nantes, Toulouse, Aix-en-Provence) et Casablanca depuis quelques années. Son entrée dans le capital de My RH Community lui permettra de renforcer sa position et développer son expertise cette fois-ci dans le social média. Le but étant d’offrir une réponse intégrée aux problématiques clients.

Plusieurs prestations sont en effet proposées aux clients allant du conseil stratégique à la community management en passant par l’employee advocacy et enfin le social media training.  Au Maroc les entreprises sont de plus en plus conscientes de l’importance de l’image sur le chiffre d’affaires. La maîtrise des réseaux sociaux n’étant pas une mince affaire !

C’est justement dans cette optique que Charlotte Lefort, directrice associée de WAT Maroc, a investi dans ce créneau. «Nous nous réjouissons de ce rapprochement qui nous permet de proposer des solutions innovantes à nos clients. Les entreprises qui cherchent à communiquer en interne et atteindre les candidats du Maroc ou à l’international peuvent, de cette façon, renforcer leur discours et leur stratégie social média. Notre ambition est d’être au plus près de nos clients, en créant des relations plus directes, plus complices, plus engagées… et c’est justement un des atouts majeurs des médias sociaux», argumente la manager. De leur côté Mathieu Lemonnier et Alban Salini, co-fondateurs de My RH Community, affirment qu’«avec WAT à leurs côtés, My RH Community continuera son aventure et franchira une nouvelle étape dans son développement. Les expertises complémentaires sur les sujets Corporate et RH ouvrent en effet des perspectives».  Créée il y a trois ans, WAT a développé ses compétences dans 5 domaines essentiellement, à savoir la stratégie et la marque, le marketing RH et image employeur, com interne et conduite de changement, la com corporate et enfin la communication financière et RSE.

My RH community a à son actif 100 clients grands comptes sur le domaine du social media. Wat Maroc a été fondée pour sa part par trois femmes, en l’occurrence Angélique Laabi, Alexandra Chbani et Charlotte Lefort. L’agence accompagne, pour l’heure, essentiellement les grandes entreprises.

3 questions à Charlotte Lefort, directrice associée : De nouvelles compétences RH au service de la Com

ALM : Pouvez-vous nous démystifier les termes community management, employee advocacy et social media training ?

Charlotte Lefort : Le community management représente globalement l’ensemble des actions qui visent à promouvoir, à rendre visible et lisible, à engager, à animer l’entreprise et ses communautés sur le Web et, plus particulièrement, sur les réseaux et médias sociaux. Chez WAT, agence spécialisée en communication corporate et RH, notre travail consiste plus spécifiquement à concevoir, avec les DRH ou les DirCom, des dispositifs tactiques dans le but de valoriser leur marque employeur et donc, de  communiquer, aussi bien aux salariés qu’aux candidats, sur leur culture RH… dans le but de créer de l’adhésion et de l’engagement autour de l’entreprise.

L’employee advocacy participe à l’e-reputation des entreprises. En clair, sa raison d’exister se fonde sur le fait que les meilleurs ambassadeurs d’une société sont les collaborateurs qui «partagent sa vie» au quotidien. Ils la connaissent mieux que personne: ce sont eux qui en parleront le mieux et avec le plus de crédibilité. Ainsi, dans les dispositifs que nous proposons, l’employee advocacy est un volet permettant de fédérer, accompagner, développer la prise de parole des collaborateurs sur les réseaux sociaux; en mettant en avant, par exemple, leur vécu, des projets intéressants, des actualités…

Il s’agit donc d’un métier à part entière qui consiste, dans un premier temps, dans l’écriture de la «stratégie social media» adaptée à l’entreprise (contexte, problématiques et enjeux) et, dans un deuxième temps, à sa mise en œuvre opérationnelle de ce plan. Sur ce deuxième point, l’entreprise peut être amenée à former les équipes en charge des réseaux : c’est le social media training.

Quels sont les niveaux de compétences requis pour s’investir dans de tels domaines ?

Il s’agit de «nouveaux métiers» qui, par leur nature, sont en perpétuelle évolution. Il existe au Maroc des établissements supérieurs spécialisés, mais aucun background universitaire spécifique n’est vraiment requis. Ce sont donc plutôt des «jeunes» et/ou des «passionnés», à l’esprit créatif qui occupent ces postes aujourd’hui. On s’attardera à parler de profils plutôt que de réelles compétences. On attendra, par exemple, d’un community manager d’excellentes qualités rédactionnelles, un bon sens de la communication, de la réactivité et de l’organisation.

Comment réagit le marché marocain à ces nouvelles activités dans le monde des ressources humaines ?

De nombreuses entreprises sur le marché local font appel à nos conseils en la matière. En effet, les directions des ressources humaines ont déjà, pour certaines, bien pris conscience des enjeux fondamentaux qui se cachent derrière la stratégie social media. D’autant que si elles ne pilotent pas leur image et ne travaillent pas leur marque employeur, la Toile s’en chargera pour elle. Les derniers chiffres montrent que 16 millions de Marocains utilisent les réseaux sociaux. Notre rôle est donc de permettre aux entreprises de s’y présenter de l’intérieur afin que les communautés concernées (candidats potentiels, collaborateurs, écosystème…) puissent découvrir et comprendre leur culture, leurs valeurs, leur environnement, leurs métiers. Ainsi, nous développerons, chez les publics externes, l’envie de postuler spontanément et d’intégrer l’entreprise et fidéliserons les publics internes en augmentant leur fierté d’appartenance. Pour les ressources humaines, c’est non seulement une manière très concrète d’améliorer les recrutements en qualitatif et en quantitatif, d’augmenter le niveau d’engagement des collaborateurs mais surtout de créer de l’attachement chez des étudiants ou jeunes diplômés très «socionautes» et ultra connectés ! Bref, elles ont tout à y gagner.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *