Psychothérapie: L’IMPI prône la certification et le vécu

Psychothérapie: L’IMPI prône la certification et le vécu

L’Institut propose deux rentrées pédagogiques, une en septembre et une en janvier mais les modules spécifiques viennent se rajouter en fonction des besoins des groupes de candidats et de leur spécificité.

Créé il y a deux ans et demi par Ghizlaine Chraibi, l’Institut marocain de psychothérapie intégrative (IMPI) est affilié à l’Association fédérative française de psychothérapie et psychanalyse (AFFOP) depuis septembre 2016. Ce dernier organisme qui reconnaît et valide les contenus de formation en psychothérapie relationnelle permet de donner davantage de crédibilité dans les enseignements proposés par l’Institut. L’établissement répond également aux normes de l’Institut français de psychanalyse (IFP) qui valide, pour sa part, la dimension psychothérapie analytique. L’Institut marocain de psychothérapie intégrative est aussi partenaire de l’Institut de développement et de recherche sur l’accompagnement (IDRA). Si aujourd’hui le marché marocain connaît un engouement dans le secteur du coaching, l’Institut se positionne dans un registre différent, dans le sens où les candidats sont déjà dans le domaine depuis au moins cinq ans. Pour être psychothérapeute, il faut 600 heures de formation. A l’IMPI, le cursus s’effectuera en 800 heures. C’est cette démarcation que souhaite mettre en avant la fondatrice de l’Institut. «La formation continue est ainsi ouverte exclusivement aux adultes, la quarantaine bien atteinte et qui ont déjà une expérience dans le domaine et un vécu. Le cursus est sanctionné également par un stage obligatoire et une soutenance d’un mémoire», précise la fondatrice. Partant de là, la formation s’adresse à des profils allant du coach au médecin, en passant par le kinésithérapeute ou même le DRH. «Un diagnostic se fait au préalable sur le candidat pour repérer s’il y a des pathologies, auquel cas il faudra s’arrêter tout de suite et l’orienter vers un psychiatre. C’est notre déontologie». Concrètement, l’Institut propose deux rentrées pédagogiques, une en septembre et une en janvier mais les modules spécifiques viennent se rajouter en fonction des besoins des groupes de candidats et de leur spécificité. Un conseil scientifique accompagne l’élaboration des contenus pédagogiques et le corps enseignant rappelle la dimension internationale puisque représenté par des personnes de renom. «C’est justement cette dimension internationale que nous avons voulu donner à travers l’affiliation à l’AFFOP et la certification IFP», poursuit Ghizlaine Chraibi.

Bref, le marché marocain reçoit désormais des écoles et des instituts évoluant dans le domaine de la psychanalyse. Les contenus de plus en plus scientifiques permettent de démontrer cette complémentarité et cette nécessité pluridimensionnelle que pourra acquérir un médecin, un kinésithérapeute ou un directeur des ressources humaines… Reste à ce que la reconnaissance des métiers devra être clarifiée par les autorités gouvernementales de telle sorte à avoir des références dans le pays. L’amalgame entre les spécialités étant possible pour le profane, un référeniel est utile pour faciliter la tâche aux professionnels du métier. L’IMPI entend défricher le terrain dans la formation continue avec des personnes évoluant déjà dans le domaine depuis plusieurs années. La cible est déjà donc bel et bien cernée. Les critères d’accès à ce genre de formation sont primordiaux. Car cela touche à l’humain. Les enjeux sont clairs !

Parcours

Ghizlaine Chraibi : Entre l’art et la psychanalyse aucune frontière

«Dignité, responsabilité et respect humain», ce sont bien ses maîtres mots qui ont guidé Ghizlaine Chraibi dans son aventure. Après avoir décroché une maîtrise en communication interpersonnelle de l’Université d’Ottawa, l’experte évolue depuis une vingtaine d’années dans ce domaine.

Parallèlement à sa reconversion elle a su détecter son penchant artistique très tôt et a développé une franchise de magasins d’Art de la Table au Maroc. Elle en fera aussi un ingrédient de thérapie en étudiant à l’Université du Québec et en devenant art-thérapeute.

Elle est aussi diplômée d’hypnose thérapeutique de l’Université européenne Miguel de Cervantès à Madrid. Elle inscrit en parallèle sa pratique dans une formation en psychothérapie rogérienne à Paris et installe son cabinet à Casablanca en 2010. C’est en 2014 qu’elle fonde l’Institut marocain de psychothérapie intégrative.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *