Ramadan et rentabilité : Comment réussir le pari en sortant gagnant doublement ?

Ramadan et rentabilité : Comment réussir le pari en sortant gagnant doublement ?

Savoir jeûner est tout un art : tout d’abord, ce mois sacré est l’occasion de détoxifier son corps et les relations entre collègues dans l’entreprise. Privilégier le travail de groupe peut être également intéressant pour rester performant et éviter l’essoufflement.

Par Mouna Sqalli (*)

Durant le mois sacré de Ramadan, la productivité au travail baisse de 23%. C’est ce qu’il ressort d’une enquête réalisée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP). «Les Marocains travaillent 46 minutes de moins et perdent 37 minutes de sommeil durant le Ramadan», avancent ses auteurs. «Plus 47 minutes pour les femmes dans les foyers».

Plus précisément, note le HCP, «cette réduction est de 1h12 mn pour les hommes et de seulement 19 mn pour les femmes». Un rapport réalisé par la Fondation Hassan II pour la recherche scientifique médicale sur le Ramadan confirme, par ailleurs, «une baisse de concentration et de l’efficacité au travail. «La productivité y enregistre une baisse de 73,3 % ; les horaires de travail sont revus à la baisse, l’absentéisme et les congés de maladie atteignent des pics jamais égalés», lit-on sur ledit rapport.

Il n’y a pas que la productivité à gérer…

Quand on est impliqué et qu’on a des convictions, il est plus aisé d’avoir des attitudes et des comportements positifs. Durant le Ramadan, les conflits internes dus au stress peuvent se multiplier : manque de cigarette, de café, thé, ou hypoglycémie… Certaines personnes ayant tendance à se cacher derrière le jeûne pour justifier leur manque de discipline, les retards et les absences répétés. Malgré des horaires aménagés et allégés, c’est la période de l’année oû l’absentéisme et les congés de maladie atteignent des records.

Alors comment améliorer la capacité de travail et la cohésion d’équipe durant le Ramadan ?

Ramadan ne doit pas être un prétexte pour se démotiver. Les organisations voient leurs cultures interpellées à la veille de chaque Ramadan, rendez-vous annuel qui pousse les managers en général, et les responsables RH en particulier, à trouver des idées pour minimiser l’impact et l’éventuelle baisse de productivité. Pour certaines activités très florissantes comme l’agroalimentaire, le commerce ; et pour ceux qui sont tenus par des délais, il est essentiel de maintenir l’efficacité.

Donc, lorsqu’on dirige une équipe, c’est l’occasion de se rapprocher des membres de son équipe, pour booster la motivation et améliorer la communication en entreprise à travers des ateliers de team building. D’où l’intérêt des ateliers de gestion du stress et de maîtrise de soi. Cela limite aussi le travail terrain trop «physique» au profit d’actions de formation en soft skills ; en vue de booster la motivation des collaborateurs et la cohésion d’équipe.

Enfin, plusieurs activités sont souvent proposées, afin de booster la motivation des équipes : des ftours collectifs, des actions de coaching personnel et professionnel.

Savoir jeûner est tout un art : tout d’abord, ce mois sacré est l’occasion de détoxifier son corps et les relations entre collègues dans l’entreprise. Privilégier le travail de groupe peut être également intéressant pour rester performant et éviter l’essoufflement. D’autre part les ftours professionnels et réunions familiales sont une occasion d’élargir son réseau.

Le télétravail comme alternative

Le travail à distance peut être favorisé : les conférences et réunions via Skype devront avoir lieu de bonne heure afin que leur énergie soit à son maximum. La culture d’entreprise conditionne énormément la manière avec laquelle les mesures sont décidées et mises en place. Nous observons, dans plusieurs organisations, une favorisation du travail à distance (le télétravail), qui permet notamment aux collaborateurs de travailler à leur rythme. Une autre pratique assez communément observée est la minimisation des projets dits «terrain» et la favorisation d’un travail au bureau, notamment pour les commerciaux.

Le but de ce jeûne est d’échapper aux conditions matérielles de la vie humaine et de se rapprocher ainsi de Dieu. Peut-être l’esprit y parvient-il, mais le corps, lui, reste assujetti à des contingences très matérielles telles que le sommeil et l’alimentation. Au travail, les tâches demandant beaucoup de concentration ou physiquement lourdes doivent de préférence être exécutées le matin.

Hygiène de vie et efficacité

Des nuits courtes, des journées longues ou encore un sommeil «perturbé», il s’agit en effet d’adapter son planning au travail comme ailleurs, pour un jeûne sain, une rentabilité et une efficacité à la normale. Cela commence par une gestion plus rigoureuse de son temps, du fait que les heures de travail sont réduites. Si la bonne gestion du temps est importante tout au long de l’année, elle devient une nécessité lors du mois de Ramadan.

Ensuite, il faut instaurer des rituels visant à réduire l’impact des mauvaises habitudes, limiter les veillées nocturnes, les repas trop copieux. Mener un train de vie le plus sain possible. Au travail, c’est souvent une question d’organisation et de gestion du temps.

Planifier

Si la bonne gestion du temps est importante tout au long de l’année, elle devient une nécessité, en effet, lors du mois de Ramadan. Cela commence par une gestion plus rigoureuse de son temps, du fait que les heures de travail sont réduites. Faites votre To-Do List (liste de choses à faire) pour la journée. Il s’agit d’être réaliste sans perdre de vue l’essentiel.

Reconfirmer les réunions d’affaires la veille ou même le jour même

Vous serez peut-être dans l’incapacité d’empêcher que la réunion soit annulée mais vous pouvez toujours avoir une journée productive. Repérer les «voleurs de temps» pour pouvoir les exploiter. Par exemple un trajet en voiture ou en transport peut vous permettre de lire, de vous reposer, de mieux vous organiser et accomplir votre travail avec autant de zèle.

Le moment que vous choisissez pour vous concentrer est déterminant pour la qualité de votre travail. Les réunions et les activités nécessitant un effort intellectuel peuvent être planifiées le matin laissant les tâches administratives routinières pour l’après-midi. «La productivité du travail se trouve amoindrie, ne serait-ce que par suite à la réduction réglementaire des horaires», a relevé l’étude du HCP. Concilier travail et jeûne serait-il donc une simple épreuve ? Rester efficace au travail durant ce mois sacré c’est d’abord réussir sa planification. Réserver ses matinées aux travaux de réflexion et de conception. Les réunions sont plus efficaces le matin, mais elles doivent être de courte durée afin d’aller à l’essentiel. Privilégier le matin les tâches les plus urgentes et les plus importantes. Aménager son emploi du temps et mieux s’organiser et accomplir son travail avec autant de zèle. L’opportunité durant ce mois sacré est d’améliorer le climat de travail, d’où la culture d’entreprise ; qui fait la place des ateliers de formation en développement personnel organisés durant cette période en entreprise. L’occasion également d’alléger le travail sur le terrain par des sessions au bureau est essentielle pour être d’attaque au travail.

In fine, travailler efficacement durant Ramadan demande un minimum de discipline. Jeûner et travailler efficacement, c’est d’abord une question d’organisation personnelle. Il s’agit de s’organiser pour rentabiliser sa journée et ne pas se laisser handicaper par la fatigue et le besoin de sommeil.

(*) Coach certifiée, spécialisée en soft skills et coaching de dirigeant. Fondatrice et dirigeante de Coach2win.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *