Signature de conventions: EFE et FCS s’attaquent au chômage

Signature de conventions: EFE et FCS s’attaquent au chômage

La Fédération du commerce et services (FCS) contribue à la résorption du chômage. Une initiative que cette structure a récemment concrétisée par une convention qu’elle a paraphée avec la Fondation de l’éducation pour l’emploi (EFE Maroc) relevant du réseau d’EFE Foundation.

En vertu de ce partenariat, EFE Maroc aura, selon les initiateurs, la mission d’identifier les besoins en recrutement. Comme elle sera chargée de recruter, encadrer et former pour le compte de la FCS. En retour, la Fondation pourra bénéficier de l’appui direct de la FCS et de ses adhérents à travers une implication bénévole au profit des jeunes. Un soutien qui se matérialisera par des interventions en guest-speakers, coachs ou mentors.

«En signant une convention avec la FCS, représentative du secteur tertiaire, notre fondation vient de pousser une porte donnant sur d’extraordinaires opportunités d’emplois au profit des jeunes», souligne Malika Laasri, directrice générale d’EFE Maroc, en fournissant des détails autour de la FCS. Celle-ci rassemble près de 1.500 adhérents représentants, 48 associations professionnelles, plus de 5.600 entreprises  et crée plus de 5 millions d’emplois.

De par un rythme de croissance exponentielle, eu égard aux potentialités énormes du secteur, le commerce et lesservices sont  voués à jouer un rôle crucial dans la résorption du chômage dans le Royaume. «Le Maroc doit répondre à un double défi : absorber une main-d’œuvre toujours croissante et créer des emplois qualifiés.  Nous opérons dans un des secteurs dynamiques d’emploi et de richesse au Maroc et avec des choix de spécialisation permettant une croissance de longue période qui absorberait l’excédent de main-d’œuvre  et permettrait de jouer un grand rôle dans la lutte contre le chômage», déclare Khalid Dahami, président de la FCS.  «Ce partenariat symbolise notre volonté d’agir de manière concrète au profit de l’emploi, mais aussi du secteur dans la mesure où nous lui garantissons une main, d’œuvre qualifiée. En nous entourant de partenaires tels qu’Efe Maroc, nous nous assurons  des recrutements de qualité», enchaîne-t-il.

Ceci étant, le chômage demeure une problématique socioéconomique majeure du Royaume, d’où l’intérêt dudit partenariat. Pour rappel, le taux de chômage est, selon la dernière note du HCP, passé de 9,6% à 10,1% au niveau national, de 14,5% à 15,1% en milieu urbain et de 4,1% à 4,3% en milieu rural, au troisième trimestre 2015. Avec 11.992.000 personnes, la population active âgée de 15 ans et plus a augmenté, entre les troisièmes trimestres de 2014 et 2015, de 0,9% au niveau national (+1,2% en milieu urbain et +0,5% en milieu rural). La population en âge d’activité s’est accrue, quant à elle, de 1,5%. Face à 200.000  jeunes diplômés qui arrivent chaque année sur le marché, la fonction publique n’en absorbe que 70.000. «C’est là tout le sens de l’engagement de tout un chacun pour tordre le cou au chômage», estime le nouveau président de la fondation, Brahim Slaoui.

Dans l’ensemble, EFE Maroc amorce, à travers cette initiative, la transition 2015-2016 dans une dynamique densifiant son action à plusieurs égards. Motivée par la forte volonté d’améliorer les opportunités d’emploi offertes aux jeunes chercheurs d’emploi dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, EFE-Maroc lance des programmes de formation aux standards internationaux, répondant aux exigences des entreprises marocaines afin de permettre aux jeunes une intégration rapide et réussie dans la vie professionnelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *