Travail en équipe : Une affaire de concession

Travail en équipe : Une affaire de concession

Le travail d’équipe paie et aide à progresser. Cette phrase ferait l’unanimité si toutefois certaines conditions étaient respectées. Les équipes doivent s’entendre de telle sorte à faciliter l’échange pour la construction d’un projet commun. «L’atteinte d’un niveau de mobilisation collective suppose nécessairement une capacité minimale de concession au niveau des besoins de chaque membre par rapport aux impératifs d’une entreprise», explique à juste titre Ikram Sefiani, consultante au cabinet Idoine. Car si les individus sont dotés de valeurs intrinsèques et véhiculent des motivations propres, l’équipe suppose un minimum de valeurs partagées. «L’acceptation de l’autre et la valorisation de la différence doivent se manifester concrètement par des pratiques et des comportements d’écoute dans la communication interpersonnelle dans les groupes pour favoriser les démarches participatives individuelles et collectives». Bien entendu, il s’agira pour le chef de file de désigner les missions de chaque membre de l’équipe. «Ceci permet de clarifier et de valoriser l’apport de chaque membre de ce collectif et de le responsabiliser quant à ses réalisations et sa participation au travail d’équipe, ce qui permet d’éviter les écueils liés à des incompréhensions et interprétations du genre : «Ce n’est pas à moi de faire ça et c’est la dernière fois que je le fais» ou bien «c’est grâce à moi que ce travail a abouti», poursuit l’experte en ressources humaines. Et tout spécialement pour une nouvelle recrue qui se greffera à une équipe, elle devra adopter un comportement adapté pour ne pas subir un rejet des uns et des autres. «Etant donné que toute situation nouvelle nous amène à vivre momentanément une période de dépendance par rapport à notre environnement, il s’agit pour la nouvelle recrue d’abord d’accepter cet état de fait et d’être consciente que son intégration dépendra en partie de l’apport de l’équipe déjà constituée». En clair, un nouveau venu devra faire preuve de patience et d’observation. «Il s’agira ensuite, pour lui, de développer progressivement une certaine autonomie qui rendra visible sa contribution et lui permettra d’acquérir sa légitimité au sein du groupe. Le but étant finalement d’accéder à un stade d’interdépendance où les efforts sont mutualisés pour atteindre un objectif d’efficience où chacun des membres de l’équipe est un maillon de la chaîne qui donne et reçoit». Bref, le travail d’équipe n’a de sens que si une certaine cohérence des personnes impliquées existe.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *