Votre emploi est en jeu : Ces signaux qui ne doivent pas passer inaperçus

Votre emploi est en jeu : Ces signaux qui ne doivent pas passer inaperçus

Se faire virer, être dans une entreprise à bord du gouffre… tout un chacun peut être confronté à une situation de ce genre, sans pour autant y être préparé, et pourtant les indices sont là. En effet, quand il s’agit de licenciement à titre d’exemple, l’intéressé est souvent le dernier à savoir ce qui se mijote contre lui. Ceci est dû au fait qu’il n’a pas su, ou qu’il n’a pas voulu, voir certains indices. ALM a collecté pour vous quelques conseils pour déceler ces indices ainsi que pour réagir à temps !

Ce n’est un secret pour personne, la crise est là et plusieurs entreprises mettent les clés sous la porte, d’autres qui «survivent» doivent parfois prendre des décisions qui ne sont pas du goût de leurs employés. Ce qu’il faut savoir dans de tels cas, c’est que si rumeur il y a, il faut y prêter oreille car il n’y a jamais de fumée sans feu. Un collaborateur vous rapporte un bruit de couloir insinuant que vous risquez votre poste, il faut savoir creuser. Ces bruits sont bien évidemment dans la plupart des cas amplifiés. S’ils persistent toutefois, il peut être utile de s’interroger sur leur origine.

Mis à part ces rumeurs qui dérangent, l’un des signaux les plus «tape-à-l’œil» et qui ne sont pas passagers demeure le fait que votre boss vous boude, vous dénigre, vous exclut et cherche à dévaloriser votre travail à tort et à raison. Les spécialistes notent dans ce sens que «soudain on vous évite, vous n’êtes pas convié à certaines réunions. Aussi , avant de perdre son travail, on peut déjà perdre son téléphone ou des notes de frais». Il faut savoir que certains signes, même anodins en apparence, doivent alerter le salarié et l’inviter à dialoguer avec sa hiérarchie parce que ce n’est pas forcément votre travail qui est en cause mais il peut s’agir d’une restructuration dont on n’ose pas vous parler. L’astuce dans ce cas serait de communiquer sans se mettre sur la défensive ni accuser l’interlocuteur ni encore faire l’autruche ! Utilisez des formules neutres comme «J’ai entendu dire que», «J’aimerais faire le point sur», etc.

Il est de ces entreprises où l’on n’est pas forcément dans notre place. Dans ce sens, des questions sont à se poser. Votre poste est clairement en danger si vous êtes dans une impasse professionnelle. Vous vous sentez las, fatigué ou démotivé ? Si les symptômes persistent, passez un examen. Ou plutôt des tests, car les questionnaires de personnalité ne sont pas réservés aux processus de recrutement.

En dehors du cadre professionnel, une rupture sentimentale peut être à l’origine d’une rupture avec votre boss. Selon une étude de l’Institut national des études démographiques (Ined) et de l’Insee (France, ndlr): «Les salariés – masculins essentiellement – seraient plus fragilisés qu’ils ne l’imaginent pendant une période de crise sentimentale. La perte par l’homme de son rôle de pourvoyeur de ressources peut entraîner un affaiblissement de son attachement au marché du travail», explique le rapport.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *