10 ans de prison pour avoir violé une mineure

10 ans de prison pour avoir violé une mineure

Quand elle a commencé à relater l’histoire du calvaire qu’elle a enduré, l’assistance semblait terrifiée. Tout le monde au prétoire de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca était plongé dans un silence lourd.


«J’étais chez ma grand-mère qui m’a autorisée à sortir jouer avec les filles du quartier», balbutiait Nouhaïla, âgée de neuf ans, écolière de son état. Ce n’était pas la première fois qu’elle passe quelques jours chez sa grand-mère. Mais cette fois elle en gardera un souvenir qui la marquera à jamais puisqu’elle a été détournée par un repris de justice.

«J’ai déjà purgé deux peines d’emprisonnement pour complicité de vol qualifié, tentative de viol, coups et blessures avec une arme blanche et consommation de drogue», a affirmé ce mis en cause, âgé de trente-deux ans, tout en regardant de temps en temps la fillette qui, elle, n’arrivait pas à le fixer des yeux. Selon le dossier de l’affaire, il a purgé deux peines d’emprisonnement d’une durée globale de trois ans et six mois ferme. Il passait son temps à se soûler et se droguer devenant ainsi très agressif au point que ses voisins l’évitaient comme la peste. Selon le dossier de l’affaire, quand la fillette est sortie dans la rue pour jouer avec ses amies, elle n’a plus donné signe de vie. Sa grand-mère l’a cherchée au quartier. Mais en vain. Ses amies ne se sont pas rendu compte de sa disparition. Une plainte a été déposée. Mais il fallait attendre 48 h pour que la police entame les recherches en faveur de la famille. Ce n’est que vers minuit qu’elle est retournée chez sa grand-mère mais dans un état lamentable.

«Il m’a donné une pièce de 5 DH pour lui faire une course», a précisé la fillette devant les juges tout en expliquant qu’il lui a demandé de lui apporter un détergent. En retournant chez lui, il l’a saisie par la main pour la traîner à l’intérieur de son domicile tout en lui fermant la bouche. Armé d’un couteau, il l’a menacée de la tuer si elle criait. «Il m’a déshabillée et… », sans arriver à continuer ses déclarations. Car, elle a commencé à sangloter. Dans le procès-verbal, les enquêteurs ont consigné que le mis en cause a abusé d’elle sauvagement au point qu’il l’a dépucelée. Il l’a même sodomisée. Quand elle l’a sollicité de la laisser partir, il lui a donné un coup de poing au niveau du nez lui causant une fracture.

Verdict : 10 ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *